A la prochaine catastrophe, il ne faudra pas être surpris

Adil Rami et Antony Lopes ont été suspendus pour trois matchs après les incidents de fin de rencontre OM – OL. Encore un mauvais exemple pour le football.

Trois matchs pour des incidents de fin de match, c’est un cadeau. Encore une fois, la commission de discipline a raté le coche en ne sanctionnant pas plus durement les deux joueurs.

Le problème, c’est que les textes ne sont plus adaptés. Oui, les deux joueurs méritaient une sanction plus lourde, mais la commission ne pouvait pas leur donner puisque les textes ne leur offrent pas cette possibilité.

Encore une fois, on en revient à la même chose: l’exemple donné aux divisions amateurs et aux jeunes. Parce que dans ces divisions, si vous faites ce qu’a fait le gardien lyonnais, vous en prendrez pour plusieurs mois. Comment alors expliquer à des gamins ou des amateurs qu’on ne se comporte pas de cette façon ? Comment éviter ces dérapages (très fréquents) quand les amateurs voient ce qu’il se fait plus haut et que les sanctions sont si légères ?

Mais ce n’est pas tout. Les défenses puis les réactions des deux présidents sont justes inadmissibles. L’OM a chargé les lyonnais, dans une sorte de « regardez ce qu’ils ont fait », puis, pour le gardien lyonnais, avec un dossier qui envoyait le message suivant: « ce n’est pas la première fois qu’il agit de la sorte ». Le Président marseillais a voulu mettre la pression sur la commission en déclarant que c’était « la première fois qu’il y mettait les pieds et qu’il allait donc voir s’il y a une justice ».

Ce ne fut pas beaucoup mieux de l’autre côté. Le bus des joueurs ayant été caillassé, les joueurs étaient donc sur les nerfs.

La commission a donc décidé de donner trois matchs de suspension aux deux principaux acteurs de la fin de match. Merci pour l’exemple et pour la justice, parce que, malgré tout, Rami n’a frappé personne alors que Lopes, si.

A l’époque du coup de tête de Brandao sur Motta, le brésilien avait pris 6 mois de suspension. Un autre cadeau car chez les amateurs, un tel geste ce sont plusieurs années de suspension. En fait, la commission de discipline doit revoir ses textes et ses barèmes pour que ce genre de comportement soit sévèrement sanctionné. Parce que pour avoir demandé des explications à un arbitre, et sans l’agresser physiquement, Ruffier a pris le même nombre de matchs de suspension que le lyonnais et le marseillais. Il n’y a pas comme un problème ? Et cette saison, un lyonnais a mis la main sur le visage d’un arbitre sans être sanctionné… Bizarre tout cela !!!!

Le problème, c’est qu’on en a marre de Jean-Michel Aulas. Il a fait de grandes choses avec son club depuis une trentaine d’années. Mais aujourd’hui, il fatigue tout le monde. Il critique les arbitres, il parle des autres clubs, notamment pour attaquer l’argent du PSG. Puis, il se plaint quand d’autres critiquent à leur tour l’arbitrage contre son équipe. Qu’ils défendent son club, pas de problème, mais que ce soit en parlant des autres, en mettant une certaine pression sur les arbitres, et tout cela, sans jamais être sanctionné, c’est fatiguant.

Ces présidents qui dérapent, pensent-ils à tous ces éducateurs qui travaillent dans des conditions difficiles et où la violence est devenue banale ? Comment expliquer aux gamins et aux parents qu’on n’insulte pas un arbitre, un adversaire ?

Il serait temps de sanctionner tout ce monde qui met le feu au match, aux après-matchs, aux avant-matchs, la pression sur les arbitres. Un jour, ils se rendront compte que leurs déclarations puériles et dangereuses ont un impact sur les supporters (les leurs et les adverses) et sur le comportement de leurs joueurs. Comment expliquer à un supporter qui dérape, qui se bat, que c’est grave, quand il a l’aval de son président pour de tels agissements afin de mettre la pression sur l’équipe adverse ? Est-ce qu’un jour les présidents comprendront que ce qu’ils disent, de nombreuses personnes le prennent au premier degré ? Que ça fait monter la tension ? Rien ne justifie la violence, mais à force d’allumer tout le monde, il ne faudra pas s’étonner lors d’une prochaine catastrophe.

Il y a déjà eu des morts en France chez les supporters ? Combien en faut-il encore pour prendre enfin les bonnes dispositions ? Mais bon, il paraît que ça fait partie du folklore, alors ce n’est pas grave, attendons que ça dérape encore pour commencer à se poser les bonnes questions.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*