Aucun club français en huitième de finale

Il restait deux clubs français en 1/16ème de finale de l’Europa League, l’OM et St Etienne. Malheureusement, aucun ne sera présent en 1/8ème de finale pour la deuxième année consécutive.

La soirée débutait à Bilbao, où l’OM devait marquer obligatoirement pour se qualifier.

Les marseillais prennent le match par le bon bout. Ils sont en place défensivement, et profite, comme d’habitude, de leur vitesse en contre attaque. La première période est maitrisée et logiquement, grâce à Batshuayi, les olympiens se retrouvent devant à la pause.

Le début de seconde période est encore intéressant, mais doucement, on sent Bilbao reprendre le dessus. La pression des basques est de plus en plus importante. Marseille n’arrive plus à sortir et à se créer des occasions.

Et tout ceci va se concrétiser avec l’égalisation de Merino à une dizaine de minute de la fin du match. L’OM va tenter de pousser jusqu’à la fin mais ne sera plus dangereux.

Sur ce match, je ne sais pas si on peut dire que les marseillais peuvent avoir des regrets. Ce qu’on peut noter c’est qu’il y a un joueur qui compense beaucoup de lacunes de cette équipe, c’est Lassana Diarra, encore une fois monstrueux ce soir. En revanche, il y a un vrai problème sur l’entrée des remplaçants. Sont-ils fâchés de ne pas débuter ? Ou sont)ils vraiment trop limités pour apporter plus ? Ce qui est sûr, c’est que dans un tel match, on n’a pas senti des joueurs qui avaient envie de prouver à leur coach qu’il s’était trompé et surtout d’aider leurs partenaires, qui s’était dépouillés pendant plus d’une heure, à se qualifier.

St Etienne à trois minute près

Dans l’autre rencontre, St Etienne se rendait à Bâle avec un avantage d’un but. Même si cette rencontre fut loin d’être d’un très haut niveau technique, dans l’intensité, l’engagement, elle fut extrêmement intéressante.

Les verts ont plutôt été meilleurs dans la conservation et la possession du ballon. Et ce, malgré l’ouverture du score rapide des suisses sur un superbe coup franc direct.

Les stéphanois sont toujours dans la course. Un but, et les voilà qualifiés.

Eysseric, auteur d’un semblant de coup de tête, va laisser ses partenaires à dix. Juste derrière, c’est Embolo qui va être expulsé côté suisse.

Et alors qu’on se demande comment les verts vont pouvoir égaliser, c’est Bayal Sall, d’une très belle déviation de l’extérieur du pied, qui va égaliser à une minute de la fin.

St Etienne pense être qualifié. Mais dans le temps additionnel, suite à une multitude d’erreurs défensives individuelles, Zuffi, seul dans cinq mètres cinquante, va qualifier son équipe.

Comme pour Marseille, les remplaçants n’ont pas apporté ce qu’il fallait. Mais surtout, comment les verts ont pu défendre avec si peu de mordants sur cette dernière action alors qu’ils étaient, à ce moment-là, qualifiés. Laisser le joueur centrer, le suivant remiser de la tête sans adversaire, et le dernier inscrire son but de l’intérieur du droit sans être gêné.

Alors oui, les deux clubs français sont passés près ce soir. Mais encore une fois, il n’y aura aucune équipe française en huitième de finale de l’Europe League.

Et en dehors des résultats, on voit tout ce qui manque à nos équipes: de l’intelligence de jeu, de l’intelligence tactique, de la qualité technique, et même dans la gestion des émotions, on n’est pas bon. Et que dire du comportement, de l’attitude et de la mentalité des remplaçants quand ils entrent sur le terrain. Simplement inadmissible !!!

Nous sommes en février, et il ne reste, pour deux semaines encore au moins, que le PSG encore en lice en coupe d’Europe. Ce soir, pourtant, il reste des clubs issus de championnat dit plus faible tels que la Suisse, la Turquie, la République Tchèque. Mais bon, il paraît que c’est un problème d’argent. Et que dire de l’Espagne qui a qualifié tous ces clubs en Europa League et n’a perdu aucun huitième de finale aller en ligue des champions. Un autre monde…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*