Le Barça déjà (presque) champion

En s’inclinant 0-3 au Bernabeu, face au Barça, le Réal a sûrement adieu au titre de champion. 

C’était le match attendu, le clasico, le vrai, Réal – Barça. Les madrilènes jouaient la suite de la saison: une défaite et le championnat était perdu. Pour cela, Zidane décide d’aligner quatre vrais milieux de terrain: Casemiro, Kroos, Modric et Kovacic.

En première période, les joueurs de Zidane sont mieux. Ils quadrillent mieux le terrain, récupèrent le ballon rapidement. Mais ils ne se créent pas vraiment d’occasion parce que ça manque de prise de risque, de spontanéité et de justesse technique dans les trente-cinq derniers mètres. En quarante-cinq minutes, le Réal va se créer deux véritables occasions, dont cette tête de Benzema sur le poteau. Même en étant dominé, le Barça va trouver le moyen de s’offrir une grosse occasion, grâce à Paulinho, dont le tir va être détourné par Navas.

A la pause, le score est de 0-0. Le Réal a dominé dans l’ensemble mais sans concrétiser. On a surtout l’impression que les madrilènes ont plus craint d’être contrés et que cela a limité la prise de risque offensive où, contrairement à d’habitude, ils n’ont pas attaqué en nombre.

Changement total en seconde période. Le Barça prend le match en main et le Réal ne sort plus. Les catalans arrivent plus facilement à trouver Messi entre les lignes, et comme Alba et Sergi Roberto sont plus mobiles, les merengues sont en danger. Et ça va faire mal.

Au départ, Busquets sert Rakitic. Le croate avance plein axe sans rencontrer aucun adversaire, Kovacic ayant laissé le champ libre préférant surveiller Messi. Une erreur de débutant. Rakitic sert Sergi Roberto qui sert Suarez en une touche. 1-0.

Le Réal est dans l’obligation d’attaquer. Zidane réfléchit aux changements à apporter, Mais il na pas le temps de mettre en place son idée que les catalans vont mener 2-0 sur un penalty de Messi. Sur cette action, le Réal se retrouve même à 10 suite à l’expulsion de Carvajal, coupable d’une main dans la surface. Le Réal est KO.

Zidane effectue trois changements en faisant entrer Asensio, Bale, et Nacho. Mais le mal est fait. Pourtant, les madrilènes vont se créer plusieurs occasions sans réussir à réduirte l’écart et à se donner une once d’espoir pour la suite du championnat. Au contraire, c’est même le Barça, dans le temps additionnel, qui va terminer la leçon avec un troisième but de Vidal. 0-3.

Evidemment, la conclusion de ce match, c’est que la liga est jouée. Avec la défaite de l’Atletico hier soir, la Barça compte désormais 9 points d’avance sur les colchoneros et 14 sur le Réal. Même si les madrilènes s’imposent dans leur match en retard, ils seraient encore à 11 points des catalans.

Zidane, en danger ?

Mais cette rencontre est surtout à l’image de ce que produit le Réal cette saison: des victoires étriquées, Ronaldo et Benzema qui marquent moins, Isco moins décisif, une défense qui prend beaucoup de buts. Le non renouvellement de l’équipe est peut-être en train de peser de façon plus importante qu’on aurait pu le penser.

On voit aussi une équipe moins bien physiquement, qui manque de vitesse, des joueurs qui n’arrivent pas à répéter les courses et les efforts. Et surtout, une équipe qui n’arrive plus à étirer les adversaires dans la largeur.

Zidane est-il en danger ? Dans un autre club, la réponse aurait été non. Mais on parle du Réal. Ici, une année sans grand titre, c’est une humiliation. Capello a été remercié en étant champion, quand Ancelotti a été viré l’année suivant le gain de la décima. C’est dire… Le championnat étant perdu, il reste à l’ancien numéro 5 merengue la ligue des champions.

Je sais qu’on n’a pas le droit de critiquer Zidane, pour tout ce qu’il a gagné, pour ce qu’il représente. Mais tant pis, je vais prendre cette liberté. Depuis deux ans, Zidane a donc tout gagné (ou presque) à la tête du Réal. Pourtant, si on se souvient, le Réal avait galéré pour éliminer City, Wolfsburg et s’était imposé aux tirs aux buts face à l’Atletico en finale. L’an dernier, ils ont souffert contre Naples, le Bayern, avec même un petit coup de main de l’arbitre sur cette rencontre, au retour contre l’Atlético, avant, c’est vrai, de martyriser la Juve en finale.

Quand je dis cela, ça ne veut pas dire que le Réal n’a pas mérité tous les titres qu’il a conquis, mais que sa supériorité n’était pas si flagrante, et qu’il a surtout profité des exceptionnelles performances de Ronaldo à partir des huitièmes de finale, plus que des compétences tactiques de Zidane.

Enfin, on ne peut pas taper sur Emery (ou Blanc avant lui) quand les cadres du PSG ne répondent pas présents dans les grands matchs, et dire que ce n’est pas la faute de Zidane que ça arrive au Réal. Comme on ne peut pas dire que Zidane est un immense entraineur quand ça gagne, et le dédouaner quand ça perd.

D’ailleurs, même si c’est facile de parler après, Zidane n’a-t-il pas fait une ligue 1 cet après-midi… Oui, une tactique frileuse que n’aurait pas reniée un Antonetti ou un Girard, avec quatre milieux de terrain, dont aucun véritablement offensif (comme peut l’être un Isco). Et oui, pourquoi avoir laissé Bale, Isco, ou Asensio sur le banc d’un match qu’il fallait absolument gagner ?

Ce qui est sûr, c’est que cette défaite est une mauvaise nouvelle pour le PSG. Même si aujourd’hui, on pourrait penser que les parisiens ont toute leur chance, dans deux mois, et avec l’esprit de se dire qu’il ne leur reste plus que la ligue des champions, les parisiens doivent se préparer à affronter des joueurs immenses de talent mais aussi de caractère. Par exemple, il faut s’attendre à ce que Ronaldo veuille prouver qu’il est toujours le meilleur, notamment dans les grands matchs. Que Ramos redevienne le vrai leader mental de cette équipe. Bref, que dans un sursaut d’orgueil, le madrilènes fassent tout pour garder leur bien et entrer encore plus dans l’histoire.

Vivement la Saint-Valentin !!!

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.