Pas de racisme dans le football ?

On reparle du racisme dans le football suite à l’affaire Balotelli. Mais quand allons-nous arrêter de faire semblant d’être surpris ?

Il parait que le sport, ce sont des valeurs de solidarité, d’intégration, de fraternité. Oui, ça c’est dans les mots, mais en vrai ?

Quand on écoute les discours sur l’affaire Balotelli, ce qui est frappant, c’est la (fausse ??) surprise des intervenants. Et oui, le racisme est présent dans le football, et beaucoup plus qu’on ne veut bien le dire.

L’affaire a fait du bruit aujourd’hui parce que c’est Balotelli, parce qu’il en a parlé, mais ça existe partout et tous les weekends. Avant d’aller plus loin, je propose à tous ces gens d’aller faire un tour sur tous les petits stades de CFA, CFA2 et autres divisions régionales et départementales. Ils se rendront compte que c’est bien pire au niveau amateur. « Bamboula », « sale négro » et autres « bougnoules, rentrez chez vous », sont monnaie courante à ces niveaux. Pourtant, ça ne choque personne.

J’ai entendu, sur une antenne spécialisée que c’était grave mais que les propos n’étaient pas forcément racistes, qu’il faisait plus partie du folklore, d’une manière de perturber le joueur. Et oui, comme l’a dit Cyprien, le niçois, sur l’équipe 21, on n’y fait plus attention.

C’est là, le premier drame de tout ça. Effectivement, on n’y fait plus attention. C’est devenu normal.

J’invite ces mêmes intervenants à faire une enquête sur ce qui se dit dans les centres de formation. Oui, on ne veut plus de musulmans parce que la prière, le ramadan ce sont des problèmes. Ca s’appelle comment ça ?

Les jeunes de banlieue ne veulent pas non plus de « blancs » différents. Si vous êtes un blanc avec une mentalité « banlieue » c’est bon. Sinon… Ca s’appelle comment ça ?

Quand Eric Mombaerts était revenu sur l’affaire des quotas, lors d’un reportage, en disant, « le pire ce sont les maghrébins, on a toujours des problèmes avec eux », ça s’appelle comment ça ?

Quand Sagnol avait déclaré que « le joueur typique africain n’est pas cher, prêt au combat, puissant. Mais le foot, ce n’est pas que ça. C’est de l’intelligence, de la discipline, de la technique », ça s’appelle comment ça ? Pour la petite histoire, Sagnol aurait mieux fait de déclarer coupable les mauvais formateurs qui utilisent ces joueurs strictement dans ce rôle-là. Car noir, blanc ou jaune, si on vous fait travailler, qu’on vous fait réfléchir sur le jeu, personne n’est plus bête qu’un autre pour ne pas comprendre. Bref.

Le problème de notre société, c’est que le racisme est partout: les arabes contre les noirs et vice-versa, les blancs contre les arabes et les noirs et vice-versa. On pourrait citer tout le monde envers tout le monde. Mais c’est devenu normal.

Malheureusement, il n’y a que très peu de solution pour régler le problème: l’éducation, la culture et les politiques. Mais comme nos politiques passent leur temps à monter les gens les uns contre les autres…

Alors que faut-il demander aux joueurs ? Faire stopper le match ? Oui, car cela ferait peut-être réagir les gens. Mais non, car, et la plupart des joueurs pensent ça, « si j’arrête, ils auront raison, je leur montrerai que je suis touché ».

Sur Balotelli, quand Palmieri fait sa déclaration suite à l’affaire, on ne sait pas si on doit pleurer tellement c’est minable ou rire tellement c’est surréaliste. Il paraît pourtant que dans un vestiaire, il n’y a pas de racisme, que les joueurs s’aiment quelque soit leurs différences. Quelle blague.

Beaucoup se disent « comment les supporters peuvent faire ça alors qu’ils ont des noirs dans leur équipe ? ». Très simplement, comme tout bon raciste qui insulte les arabes ou les noirs, mais qui va vous dire « mon meilleur ami est arabe ».

Pour terminer, au niveau des sanctions, évidemment qu’il faut interdire de stade définitivement ces supporters. Le club doit également prendre des points de suspension avec sursis. Mais surtout, le club qui minimise les propos, les cris de singe, dans les fameux communiqués, , doit être exclu du championnat. Des dirigeants ne peuvent pas minimiser ce genre de propos, sinon c’est qu’ils pensent, au fond d’eux, que ce n’est pas si grave. Et je pense connaître la réponse, malheureusement…

Mais comme personne n’aura le courage, on continuera comme ça, parce que c’est devenu normal…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*