Ils dégoutent nos enfants

Depuis que le foot est si médiatisé, on note une recrudescence de parents insupportables et d’éducateurs en mal de notoriété. Le problème, c’est que leurs victimes sont les mêmes: les enfants.

Ils sont en train de tuer notre sport. Qui ? Les parents, les éducateurs qui accompagnent tous nos enfants sur les terrains le week-end. Evidemment, il y a encore des exceptions, mais ils se font de plus en plus rares.

Avant, on allait au foot pour être avec ses copains, pour prendre du plaisir dans un sport collectif, pour apprendre. Désormais, on va au foot pour devenir professionnel et riche. Pour s’en rendre compte, il suffit de se promener le week-end au bord des terrains et de regarder l’attitude des parents, des éducateurs, pour voir que ça devient ridicule.

Les éducateurs, qui venaient avant par passion, viennent désormais pour trouver la pépite et devenir son agent, ou être repérés par un club pro et en devenir éducateur. Alors, il faut gagner à tout prix et peu importe la manière. Apprendre aux gamins à jouer, à progresser, à bien se comporter ? On s’en fout, il faut gagner. On mise tout sur le meilleur, on le laisse se comporter comme il en a envie, l’important est qu’il fasse gagner les matchs, qu’il se fasse repérer puis recruter et qu’il demande à son éducateur de s’occuper de lui pour le remercier.

Les parents, c’est pareil. Eux aussi rêvent de voir leur progéniture embrasser une carrière. Pour l’amour du football ? Sûrement pas. Pour l’argent que ça va rapporter à l’ensemble de la famille. Alors, on voit fleurir sur internet des comptes facebook, des vidéos sur youtube pour être visible. Des vidéos des plus belles actions, de séances individuelles où on voit généralement le papa être d’une exigence et d’une violence extrême pour montrer que son enfant bosse dur et qu’il est costaud.

Pendant les rencontres, c’est pire. Une faute non sifflée, c’est un scandale, un vol. Un partenaire qui ne donne pas le ballon à son fils, c’est un petit con. En retour, on conseille à son enfant d’en faire de même, de jouer « perso » pour se faire remarquer. L’éducateur veut qu’on joue en passe ? On s’en fout, dribble pour montrer que tu es le meilleur.

Evidemment, les clubs professionnels ne sont pas étrangers à tout ce bordel. Envoyer des recruteurs bien visibles tous les week-ends sur des matchs U13, U15, ne fait qu’ajouter à la folie ambiante. Mais ce n’est pas tout. Organiser des journées de détection pour des U12 dès le mois d’octobre, à quoi ça sert ?

Quand vous devez, en tant qu’éducateur, gérer une saison, et que dès le mois de novembre, vous avez un ou deux gamins sélectionnés pour aller dans un club professionnel, comment vous faites pour le ramener sur terre, pour lui faire comprendre qu’il doit encore travailler ? Parce que pour lui, comme pour ses parents, le fait d’être pris est la validation de son niveau, donc vous ne servez plus à rien.

A l’inverse, avec la pression mise par les parents, plus le gamin qui rêve (ça c’est normal), quand il n’est pas pris, comment ça se passe ? Parce que le gamin le vit comme un drame, le père le vit comme un drame mais aussi comme une injustice. Oui, il n’a pas été pris alors qu’il était meilleur que les deux autres qui ont été retenus !!!

Que fait la FFF ? Elle donne des leçons, mais à part ça ? Evidemment qu’elle devrait purement et simplement sanctionné les clubs qui pratiquent ce genre de détections si jeune.

D’ailleurs, il devrait en être de même pour les parents qui trimballent leurs enfants de club en club, et je ne parle pas là de changement pour cause de déménagement. Qu’on change une fois de club par envie, pourquoi pas. Mais quand chaque saison, les parents suivent un éducateur qui change de club, ou qu’ils transfèrent leurs enfants parce que le gamin ne joue pas en A, ça veut dire quoi ?

Qui pense à l’enfant dans tout cela ? De plus en plus d’enfants continuent à jouer pour faire plaisir aux parents, en tout cas pour ne pas les décevoir, mais ils sont dégoutés. Dégoutés de se faire pourrir parce qu’ils ont raté un but ou une passe. Dégouté par la pression que tout le monde leur met. Dégouté du football, tout simplement.

Tout ce beau monde est bien aidé par les médias en mal de sensation et qui nous pondent des reportages sur la nouvelle pépite de 13 ans, puis, comme nous sommes dans la surenchère, la nouvelle pépite de 11 ans etc…

Pendant ce temps, il y a des éducateurs qui bossent, avec une superbe mentalité mais qui subissent toutes ces bêtises !!!!

Encore une fois, il y a en France environ 2 millions de licenciés. Il y a environ 800 joueurs professionnels dont au moins 300 sont étrangers. Il y a donc 500 joueurs français professionnels sur 2 millions de joueurs. Vous avez donc 0,02% de chance de devenir professionnel. Vous avez donc presque autant de chance de gagner à l’Euromillion !!!

Toute cette ambiance autour du football devient insupportable. Moi-même, je joue au football depuis l’âge de 6 ans, je suis éducateur depuis plus de dix ans, et il est hors de question que mon fils fasse du football. C’est dire !!!

Laissez vos enfants jouer, s’épanouir, s’éclater et arrêtez de vivre votre propre rêve à travers eux.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*