Emery a du travail

Avec les retours de sélection et les blessés, le PSG se présente avec une attaque remaniée, Jesé – Ben Arfa – Lucas. Emery aligne pour la première fois le milieu des années Laurent Blanc, Motta – Verratti – Matuidi. En défense, Silva, toujours absent, Kimpembe enchaine les matchs avec à sa droit Marquinhos et Meunier et Kurzawa à sa gauche.

St Etienne se présente avec cinq défenseurs et une attaque Saivet – Roux.

Que dire du début de match ? Pas d’intensité, pas d’initiative, des pertes de balle… Du grand n’importe quoi des deux côtés. La plus belle occasion est pour Saivet, suite à un centre de Roux qui s’est joué de Kurzawa avec une telle facilité. Le latéral parisien fait partie de ces joueurs surcotés simplement parce qu’il marque. Un latéral qui marque, c’est forcément un super joueur… Quelle bêtise. Ce joueur est d’une faiblesse tactique et défensive affligeante. Maxwell ne devrait plus tarder à revenir car aller en ligue des champions avec Kurzawa, c’est du suicide.

Après une demi-heure de jeu, Paris va enfin se créer une occasion par Ben Arfa, magnifiquement servi par Verratti, qui va éliminer Perrin mais échouer sur Ruffier.

Paris termine mieux la première période mais c’est trop brouillon. La pause arrive sur ce score de 0–0.

A la pause, et comme depuis quatre ans bientôt, Lucas est transparent, inutile, déprimant. Quarante millions pour un joueur qui aura donc fait une action spectaculaire en quatre ans, face à l’OM, il y a déjà trois ans. Jesé n’a offert aucune profondeur. A sa décharge, il a joué plus souvent sur un côté, dans sa carrière, que dans l’axe… Quant à Ben Arfa, il a joué seul, comme d’habitude et comme à Nice (mais pour le voir il fallait regarder autre chose que jour de foot ou téléfoot !!!). Des dribbles, des pertes de balle. Alors oui, quand ça passera, tout le monde dira « vous avez vu !!! » Moi, j’aurai vu les neuf mille sept cent pertes de balle pour un exploit… Les autres ne verront que l’exploit… Qui a pu penser, chez les dirigeants du PSG, que ce joueur servirait à quelque chose ? Douze ans de carrière, une bonne saison (et encore) et on croit tenir une pépite…

Heureusement, comme d’habitude, St-Etienne est venu au Parc des Princes pour… Pour quoi justement? Je ne sais pas, j’attends depuis trois ans de découvrir ce que viennent faire les verts au Parc. Surtout que vu l’état du PSG, il y a surement quelque chose à aller chercher… Mais bon on ne va pas changer nos supers entraineurs formés par notre extraordinaire DTN.

Ben Arfa ou l’art… de ne faire aucune passe

Au retour des vestiaires, Kurzawa est remplacé par Krychowiak, paraît-il, par précaution… Motta recule d’un cran, Kimpembe passe latéral gauche et l’ancien sévillan entre donc au milieu. De même, en attaque, Jesé est passé côté gauche, Ben Arfa dans l’axe et Lucas à droite.

Après cinq minutes seulement, Ben Arfa réalise un dribble entre Lemoine et Selnaes, mais voit sa frappe contrée. Il récupère le ballon, percute à nouveau, mais est déstabilisé par Pogba. Il frappe lui-même le coup franc sans aucune conviction et envoie le ballon trois mètres au-dessus du but de Ruffier.

Comme si le match n’était pas assez nul, Habib Beye, qui commentait le match pour canal+, nous a dit, à la soixante-troisième minute, « Galtier et St-Etienne sont bien dans leur match. Il n’y a pas de raison de changer ». Ok. Donc soit on se moque de nous, soit tout le monde est définitivement résigné !!!! Bref…

A la soixante-cinquième minute, enfin un appel en profondeur. Celui de Di Maria, magnifiquement servi par Motta. Mais l’argentin va rater son lob sur Ruffier. Quelques instants après, Matuidi s’effondre dans la surface. Penalty, discutable surement, mais sifflé par M. Bastien. Surement une compensation de la première période où l’arbitre a oublié une faute sur Matuidi. Malheureusement, une erreur plus une compensation font donc deux erreurs… Sinon, Lucas transforme le penalty.

Le match est d’une piètre qualité. Heureusement, Verratti est toujours un régal à regarder jouer… C’est déjà ça. A ses côtés, Matuidi aura fait du bien. Oui, ce n’est pas le plus beau joueur, le plus technique, mais son travail de harcèlement, de pressing, ses appels font du bien dans une équipe amorphe où la plupart des joueurs jouent dans les pieds et arrêtés.

Et alors que Paris tient sa victoire et que les verts n’ont rien tenté, Krychowiak est éliminé trop facilement par Hamouma, qui décale Malcuit. Ce dernier centre. Meunier est lobé, Beric contrôle et égalise.

Paris et St-Etienne se séparent sur ce match nul. Une contre-performance pur les parisiens. Peu d’occasions, pas de mouvements, pas de ligne directrice visible… Emery va avoir du travail pour mettre en place quelque chose de cohérent mais aussi pour faire comprendre à certains comment on joue au football… L’utilisation de la largeur, quand je donne le ballon, quand je percute, les appels de balle, la coordination des appels etc… Et oui, refaire toute la formation de joueurs de trente ans… Compliqué !!!

Paris a raté son recrutement et va devoir faire très attention s’il ne veut pas sortir de la ligue des champions avant les huitièmes de finale, ce qui n’est encore jamais arrivé depuis que les qataris sont là.

Les verts sont venus prendre un point. On va nous faire croire que c’est super, que c’est au Parc, que c’est face à un gros… Que des mensonges. St- Etienne devrait avoir des regrets de n’avoir rien tenté, de ne pas avoir joué et surtout face à ce très pauvre PSG.

Suite de la quatrième journée de ligue demain et dimanche.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*