Equipe de France: Un bilan mitigé

La France s’est donc qualifiée directement pour la coupe du monde en Russie. Bilan et perspective.

Les bleus de Didier Deschamps ont donc évité le traquenard du barrage, en terminant premier de leur poule de qualification pour la coupe du monde en Russie. Mais voilà, avec cette équipe, on s’ennuie. Une défaite en Suède et deux nuls, contre le Luxembourg à domicile, et en Biélorussie, ce n’est pas terrible. Mais le pire, c’est le contenu des matchs.

Les bleus n’ont inscrit que 18 buts en dix rencontres, même la Suède et les Pays-Bas ont fait mieux. Pourtant, on nous rabâche sans cesse qu’ils ont une force de frappe jamais vue, un potentiel exceptionnel. Le problème c’est que peut-être qu’un jour, les gens comprendront qu’il ne suffit pas d’empiler les joueurs offensifs et de talent pour faire une équipe. Le Réal des galactiques restent une référence dans ce domaine. Avec Ronaldo (le brésilien), Raul, Figo, Zidane, Beckham etc… Les madrilènes n’ont remporté de 2002 à 2006 qu’un titre de champion d’Espagne (Ronaldo et Beckham n’était pas là pour la ligue des champions 2002).

Système de jeu

Didier Deschamps alterne entre le 4-3-3 et le 4-4-2. Le premier système permet plus de densité au milieu. Mais c’est un système plus fait pour la possession et qui demande des automatismes, notamment pour les trois du milieu, pour déformer le triangle à volonté. Le 4-4-2 est plus basique, rationnel et demande moins d’automatisme. En revanche, il faut que les deux joueurs de couloir travaillent défensivement, et qu’au moins un des deux attaquants viennent de se replacer dans l’axe comme un troisième milieu. Sans ces deux éléments, les deux milieux axiaux et les latéraux peuvent vite se retrouver en infériorité sur chaque action.

Le sélectionneur peut continuer à alterner entre les deux systèmes, mais il va falloir choisir les principes de jeu: jouer haut ou bas, avoir la possession ou contrer. Même si chaque match possède sa vérité, il faut que l’idée de départ soit claire. Parce que quand vous hésitez, vous mettez le bloc équipe en difficulté. Si les milieux sont hauts et que les défenseurs sont bas, c’est un problème. Mais si vous décidez de jouer haut, alors que vous avez des joueurs d’espace, c’est également un problème.

Comme en équipe nationale, vous n’avez pas le temps de travailler les automatismes, vous devez alors vous adapter. En fait, la réflexion devrait être la suivante: je sélectionne les joueurs indiscutables (ou ceux qui ont l’air de l’être), et j’adapte les autres, mon système et le style de jeu à leurs qualités.

Enfin, et même s’il fait comme si ça ne le touchait pas, le sélectionneur sait ce qui se dit. On voit bien dans ses compositions qu’il hésite entre ses principes (costaud, solide, ne pas prendre de but) et s’adapter au potentiel offensif dont il dispose. Quand il aligne Lacazette, Griezmann et Mbappé en Bulgarie, c’est pour dire « je vous ai entendu ». Mais encore une fois, le but n’est pas d’additionner les talents, mais de trouver les bonnes complémentarités. Quand les bleus se retrouvent avec trois joueurs plutôt axiaux face aux bulgares, il ne faut pas s’étonner qu’ils se créent peu d’occasion. Quoi de plus facile que de défendre face à des joueurs qui ne donnent pas de largeurs, ne créent pas d’intervalle.

Parlons du coaching. Neuf fois sur dix, c’est soit du poste pour poste, soit un choix défensif. Hier, contre la Biélorussie, alors qu’il mène 2-1, que la Suède est menée 2-0, que fait-il ? Il sort Griezmann pour faire entrer Sissoko. Quel courage !!!

Je me pose souvent la question du fameux coaching payant et je suis partagé: est-ce de la chance ou est-ce vraiment réfléchi de la part du coach ? Mais avec Deschamps, j’ai appris un nouveau concept, le coaching inutile. Lors de combien de rencontres son coaching a-t-il eu un impact ? Un seul match, le France – Irlande de l’Euro 2016. Il faut dire qu’il partait de loin. Matuidi milieu droit pour offrir à Pogba le poste de milieu gauche, et il était mené 1-0 à la pause. Il sortit alors Kanté pour Coman (tiens, un choix offensif !!!) et la France retourna la situation. Mais c’est tout !!! lors de la défaite en Suède, il n’a même effectué que deux remplacements sur les trois autorisés.

Pour ceux qui veulent défendre Deschamps, il y a deux excuses: les blessures et suspensions, et son idée que seule la victoire compte. La première excuse est bidon, puisque toutes les sélections connaissent les mêmes problèmes. Les blessures et les suspensions, ça fait partie de la vie de toutes les équipes de la planète.

Pour la seconde, puisque seule la victoire compte, combien de titre a remporté l’équipe de France avec Deschamps à sa tête ? Zéro. Sans commentaire.

Enfin, le sélectionneur a dit hier, que plusieurs pays avaient de l’avance, parce qu’ils ont enchainé les grandes compétitions, pris de l’expérience. Il est là depuis 201é et a participé à la coupe du monde 2014 et à l’Euro 2016. Qu’est ce qu’il lui faut de plus ? Du Temps ? C’est sa cinquième saison à la tête des bleus !!!! Sans commentaire;

Les joueurs

Contrairement à ce qui se dit, la France n’a pas un réservoir énorme, mais elle a un contingent de joueurs offensifs plus important que par le passé.

Dans les buts, la hiérarchie est établie, donc pas de discussion.

En défense centrale, on a donc Umtiti, Varane et Koscielny qui se détachent. Le problème, c’est que quelque soit la charnière, même face à des équipes faibles, les français concèdent des occasions: le poteau du Luxembourg, les occasions d’hier de la Biélorussie jusqu’à la dernière minute. C’est trop. On trouve ensuite Kimpembe, mais après. Rami ? On a vu ce que ça donnait sur une grosse compétition. Il y a peut-être Laporte, mais on ne sait pas ce que ça vaut au très haut niveau, et Deschamps n’a pas l’air de vouloir l’appeler.

Sur les postes de latéraux, Sidibé s’est détaché. Pourtant, il a d’énormes lacunes défensives. Corchia n’est pas dans les petits papiers du sélectionneur, et Jallet est un bon second, qui ne fera pas de vague. A gauche, Mendy est blessé et a très peu de chances de revenir à temps et même s’il revenait, quid de son niveau. Kurzawa est nul. Digne est plus sérieux et plus sobre que le parisien, mais son temps de jeu va être un problème. On l’a vu lors du second match en trois jours, il ne peut pas enchainer. Le remplaçant cette semaine, c’était Amavi. Autant dire qu’à gauche, ça va être très compliqué de trouver un joueur de haut niveau.

Au milieu, Matuidi est une valeur sûre qui ne déçoit jamais. Kanté est le joueur indispensable à l’équilibre de l’équipe, en plus de progresser chaque saison dans ses sorties de balle. Pogba a un statut, mais on attend encore un match référence pour lui. Tolisso a marqué des points cette semaine, en plus de pouvoir évoluer dans différents systèmes et à plusieurs postes. Après ? Rabiot pourrait être une option, mais son attitude est un frein à son évolution.

Suivant le système, on a ensuite les « entre-deux ». Lemar est un vrai bon joueur, intelligent, juste. Sissoko ? C’est le soldat de Deschamps, mais c’est tout. Payet ? Bon contre Amiens, Toulouse ou la Roumanie, il disparaît dès que le niveau s’élève. Coman ? Peut-être intéressant sur des bouts de matchs, mais son jeu est trop stéréotypé, et ses différences ne ment, trop souvent, à rien. Dembélé ? A voir après son retour de blessure, mais son profil et son jeu ressemblent à Coman. Thauvin ? Sûrement le meilleur marseillais depuis un an, mais trop tendre pour le très haut niveau.

Enfin, les attaquants. Griezmann est intouchable. Pourtant, depuis l’Euro, que ce soit en sélection ou en club, il a du mal. Moins disponible, mois juste techniquement, j’ai l’impression qu’il paye sa notoriété, mais aussi le jeu exigeant de l’Atletico. Giroud ? Ok, il marque. Mais à part ça ? Souvent dominé dans les airs, il passe son temps à réclamer des fautes, et son jeu dos au but est catastrophique. Mbappé ? Il prend les espaces, percutent, éliminent. Ses déplacements font du bien. Mais sur les deux rencontres de cette semaine, il a eu tendance à abuser d’actions individuelles. Attention à ne pas vouloir griller les étapes, notamment pour prouver qu’on a raison d’attendre beaucoup de lui. Lacazette ? Bon en club, il ne confirme jamais en bleu. Certes, en Bulgarie, il n’a pas été mis dans de bonnes disposition, se retrouvant coincé entre Griezmann et Mbappé. Mais a-t-il fait tous les efforts pour montrer qu’il avait envie ?

La suite

Alors qu’il va y avoir une période de matchs amicaux, qu’en attendre ? Rien. Coincés entre les championnats et la ligue des champions, dans une saison qui s’étirera pour les internationaux jusqu’en juillet, on sait très bien comment ça se passe. Les joueurs ne sont pas à fond. Il y a ceux qui sont surs d’y être, et qui jouent avec l’idée de ne pas se blesser. Pour ceux qui jouent leur place, ils vont jouer avec des joueurs à 50%.

Les adversaires seront dans le même cas. Donc, quel qu’ils soient, ce sera dur de se faire une idée. Reste la possibilité pour Deschamps de se servir de ces rencontres pour essayer des choses. Malheureusement, ce n’est pas trop le genre de la maison.

En tout cas, puisque seule la victoire compte, Deschamps a réussi, il s’est qualifié. Mais puisque seule la victoire, tout autre résultat qu’une victoire en coupe du monde, sera un échec. Rendez-vous dans huit mois.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*