Europa league: Pauvre jeudi

Rennes et Saint-Etienne ont manqué leur entrée eu Europa league. Mais sinon, il paraît qu’on est les meilleurs.

Cinq équipes engagées en coupe d’Europe: 1 victoire, 2 nuls et 2 défaites. En résumé, sur 15 points, les clubs français en ont récolté cinq et avec trois matchs à domicile. Bref.

Rennes recevait le Celtic pour, paraît-il, essayer de revivre les émotions de la saison dernière. Et qu’est-ce qu’on a vu ?

Une équipe moyenne, sans inspiration, sans intensité, incapable de mettre en difficulté une équipe écossaise sans joueur de football, ou presque, mais juste avec un énorme cœur. Et c’est peut-être ça la différence. Les équipes françaises jouent comme des employés qui répètent tristement ce que le coach a demandé, sans dépassement de fonction, sans y mettre du cœur.

Je répète souvent que la base du football, c’est l’état d’esprit mais que c’est un élément, pour des footballeurs professionnels, qui devrait juste être la normalité, encore plus en coupe d’Europe. Pourtant, on a l’impression que les joueurs des équipes françaises ne font que calculer leurs efforts, leurs courses. Evidemment, Rennes va surement finir très vite par se plaindre d’avoir déjà joué trop de matchs, de ne pas avoir l’effectif pour jouer sur tous les tableaux etc…

Je pense que l’effet Stephan est terminé. D’ailleurs, en lisant l’interview qu’il avait donnée à France Football, on a compris. « Je ne suis pas là pour faire du beau », « le haut niveau, c’est le résultat »… Bref, la panoplie habituelle de la rhétorique du football français.

Alors, oui, Rennes peut encore largement se qualifier pour les seizièmes de finale. Mais franchement, on a le droit d’attendre autre chose d’un match de coupe d’Europe, non ?

Saint-Etienne balayé

Mais que dire de Saint-Etienne ? Un but encaissé très tôt dans le match pour bien plomber le fameux plan du « on reste en place et tant que nous sommes à 0-0, on est bien !!! ». Un but sur lequel on aura eu de la peine pour Loïc Perrin, dépassé par l’accélération du joueur de la gantoise. Oui, ce joueur mérite le respect pour sa carrière, sa fidélité à un club. Mais le football est cruel et à un moment donné, il faut savoir dire stop. Bref.

Les verts sont donc allés jouer un match de coupe d’Europe sans avant-centre et en ne misant que sur l’exploit d’un Khazri ou d’un Hamouma. C’est d’ailleurs sur une passe du second que le premier va égaliser d’une superbe frappe.

Mais même en ne sortant, en jouant bas et accumulant les joueurs défensifs, les verts prennent des buts. Comme quoi !!! Menés 3-1, et incapables de se créer des occasions, les stéphanois vont être de s’en remettre à une énorme bourde du gardien belge. Alors oui, pendant une grosse dizaine de minutes, ils vont pousser, maladroitement, mais quand même. Oui, ils vont enfin mettre de l’intensité dans les duels, dans les courses et montré de l’envie… Mais ça ne suffira pas.

Saint-Etienne a donc joué dix minutes. Pourquoi ne l’ont-ils pas fait avant ? Par manque de qualité athlétique ? Par consigne du coach ? Dans les deux cas, c’est un problème. Les joueurs de Saint-Etienne ont milité pour Printant après Gasset. Evidemment, personne n’est dupe, c’était juste pour être dans le confort et prendre le pouvoir. Parce qu’il faut être lucide: Printant est un mauvais choix, peut-être le pire depuis plus de dix ans.

En faisant ce choix, les dirigeants stéphanois se sont, eux-mêmes, créés un problème. Parce que désormais, il va falloir indemniser le coach et en trouver un autre, libre, compétent et qui ne viendra surement pas au même salaire. C’est ce qu’on appelle du management !!!

Ce n’était que la première journée des phases de poule et il reste du temps pour se refaire. Mais le bilan n’est pas terrible. A part le PSG qui aura tenu son rang et Lille qui, malgré la défaite, aura été l’équipe ayant le plus proposé quelque chose d’intéressant, pour Rennes et Lyon c’est la déception, surtout à domicile. Quant à Saint-Etienne, ils ont carrément été mauvais.

Parce que le problème n’est pas de perdre ou de ne pas gagner. Le problème est de proposer si peu. Le problème est d’être incapable de juste courir. Le problème est d’entrer sur le terrain avec si peu d’ambition. Le problème est de penser que parce que la France est championne du monde, les clubs français entrent sur le terrain et ça va passer. Le problème est de mésestimer des équipes écossaises, belges, russes et j’en passe. Parce qu’en vérité, sans le PSG, la France serait entre la 7èmeet la 10èmeplace à l’indice UEFA. Bref.

Rendez-vous dans deux semaines pour la 2èmejournée… Et ça risque de faire mal.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.