« Je ne suis pas un singe », un reportage éloquent

Encore un très bon reportage d’Olivier Dacourt sur canal+, « Je ne suis pas un singe ». Mais plusieurs choses sont à relever, et notamment l’intervention de Noël Le Graët.

Après « Ma part d’ombre, Olivier Dacourt a donc remis cela avec un reportage sur le racisme dans le football. Evidemment, on n’a pas découvert que cela existait, on le sait depuis longtemps. Mais cela valait le coup d’entendre les acteurs.

On ne va pas revenir sur les cris de singe, ni sur ce supporter d’Hellas Verone qui dit qu’il a étudié et donc qu’il est fasciste par conviction et idéologie, c’est tellement triste…

En revanche, on peut comprendre le malaise de Balotelli et son comportement décalé. Oui, l’italien d’origine ghanéenne a dû souffrir de maux d’une extrême violence. Ajouté à cela la notoriété, l’argent, les femmes, tout cela très jeune, et il n’y a pas à chercher plus loin les explications à ses problèmes de comportement.

Le vrai problème, ce sont les témoignages d’anciens joueurs ou de ceux en fin de parcours. Pourquoi, aujourd’hui, ils veulent que les noirs quittent les terrains, qu’ils s’unissent pour ne pas jouer ? Pourquoi demandent-ils aux autres, et avec force, de faire ce qu’ils n’ont jamais eu le courage de faire eux-mêmes ?

Là, on parle de racisme anti-noir avec des cris de singe, parce que c’est la partie la plus choquante, la plus honteuse. Dans le reportage, on parle également des caricatures qui entourent le joueur noir avec sa puissance physique mais son manque d’intelligence. C’est marrant, quand j’ai parlé de cela dans l’after, certains anciens pros ont tweeté que je n’y connaissais rien. Mais finalement, le racisme existe dans le foot, que ça plaise ou non.

Pour les joueurs noirs, on connaît donc les raccourcis, n’est-ce pas M. Sagnol. Mais ça existe pour tous. Dire des maghrébins qu’ils sont doués techniquement mais ingérables, c’est quoi ? Dire des italiens que ce sont des tricheurs, c’est quoi ? Dire que si on veut recruter un joueur avec une mentalité de guerrier, il faut aller chercher en Argentine, c’est quoi ?

Tous ces préjugés, ces caricatures sont monnaie courante dans le football. On ne les relève pas parce qu’elles sont positives. Sauf, qu’en réalité, elles sont négatives pour les autres. Il n’y aurait donc que les argentins qui auraient cette soif de combattre ?

Est venue, ensuite, la partie où on nous dit qu’il n’y a pas d’entraineurs maghrébins ou noirs au plus haut niveau. Sérieux ?? Quel scoop !!! Le président niçois a même dit qu’il avait pris Vieira sans s’occuper de son passé de champion du monde. C’est une blague. Je ne lui fais aucun procès d’intention car c’est un Président que je trouve compétent et intelligent. Mais évidemment que si Vieira n’avait pas fait partie de France 98, il n’en serait pas, ne soyons pas naïfs.

Mais la cerise sur le gâteau est venue de M. Noël Le Graet. Déjà, sa déclaration sur le fait que Dacourt faisait un « reportage bizarre » interroge. En quoi est-il bizarre ce reportage ? Mais alors quand il dit que les noirs et les arabes ne passent pas leurs diplômes, j’ai failli m’étouffer. Oui, M. Le Graët, les arabes et les noirs passent leurs diplômes, mais ils ‘arrêtent au niveau que vous tolérez, c’est à dire avant le monde professionnel.

Pour rappel, pour avoir accès au graal (!!!) le BEPF, il y a déjà un nombre de critères à remplir qui frise le ridicule. Mais même quand vous les remplissez, il y a ensuite une sélection. Et oui, il y a une quinzaine de place seulement, donc il y a les anciennes stars, puis les copains, puis les fils de, puis les obligations d’un ou deux coachs qui ont fait monter leur équipe… puis il y a les autres. Autant dire que pour cela, le dossier n’a même pas été ouvert tellement ils arrivent loin après tout le monde.

Evidemment, le président de la FFF nous a sorti le fameux « j’ai pris un noir, j’ai pris Diomède ». Déjà, il est champion du monde 98, mais c’est la phrase typique du « je ne suis pas raciste, j’ai une amie encore plus noire qu’une arabe (!!!) »Nadine Morano.

Et ce n’est pas une question de compétence. Allez voir le nombre de coachs arabes et noirs dans les divisions inférieures. Demandez à Mbappé, Pogba, Kanté, Sakho qui étaient leurs entraineurs dans leurs petits clubs de départ et grâce à qui ils sont devenus ce qu’ils sont aujourd’hui.

La vérité, c’est que les coachs arabes et noirs, on en a besoin dans les petites catégories, où à des niveaux où les joueurs ne sont pas professionnels, pour les gérer. En gros, entrainez dans le 93, c’st là qu’on a besoin de vous !!! Après, là-haut, le niveau professionnel, les salaires plus élevés, ce n’est pas pour ces gens-là. Restez à votre place, on vous a déjà donné quelques diplômes, ne soyez pas trop gourmands.

D’ailleurs, on a tellement ancré cela, cette hiérarchie, dans la tête des gens, que même en Afrique, par exemple, on pense comme cela. Pourquoi Djamel Belmadi a pris Serge Romano comme adjoint, lui qui a échoué partout où il est passé ? Pourquoi tout le monde a été surpris et impressionné par la coupe du monde du Sénégal dirigé par Aliou Cissé ? Quand on voit les joueurs qui composent l’équipe, ce n’est pas comme s’il avait réalisé un miracle. On pourrait continuer longtemps comme cela: Pourquoi Alain Giresse continue à trouver du travail en Afrique, Pourquoi l’Algérie fait appel à autant d’entraineurs français de seconde zone etc… Tout simplement parce qu’on a décrété que les arabes et les noirs étaient de bons joueurs, mais pas assez intelligents, pas assez disciplinés pour diriger des équipes professionnelles.

Et oui, paradoxalement, malgré la mixité dont il est peuplé, et qu’on le veuille ou non, qu’on l’accepte ou non, il existe dans le football des préjugés, des idées racistes. Un célèbre sélectionneur espagnol n’avait-il pas déclaré que la France était une équipe athlétique grâce à son immigration ? N’avait-il pas aussi déclaré, en pleine séance, à un de ces joueurs: « montre au nègre que tu es plus fort que lui », en parlant de Thierry Henry ? Aurait-il remplacé le mot nègre par blanc en parlant de Pirlo ? Se serait-il permis de dire le rital ? Bref…

Terminons quand même par le plus ridicule avec la FIFA qui pense faire des actions efficaces avec ses fameux clips  « Say no to racism »… Sans commentaire.

1 Comment

  1. Triste c’est mon sentiment après avoir visionné ce reportage qui me touche sûrement particulièrement parce que moi même indirectement concerné.

    Triste pour le football parce que même si j’ai déjà entendu que cela existait (les cris de singe, jet de banane) entendre le ressentie des joueurs l’ayant vécu depuis le terrain est toujours incroyablement intéressant. La question qu’on se pose alors est Comment aurais-je réagit ?!

    Triste pour ces gens comme ce supporter italien dont les pensées et le discours font peine à entendre.

    Triste pour Balotelli dont l’enfance et le parcours n’excuse pas mais permet de comprendre son comportement. Comment ne pas être perturbé après avoir vécu de tels traumatismes.

    Triste aussi parce que je reste un peu sur ma fin j’aurais tellement aimé qu’il aille encore plus loin qu’il dérange encore plus

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.