La France en 1/8ème, mais c’est tout…

La France, en s’imposant face au Pérou 1-0, s’est qualifié pour les huitièmes de finale de la coupe du monde. Mais encore une fois, pour la manière, on repassera.

La France est donc qualifié pour le tour suivant, et ce, avant même le troisième match de poule. Deux victoires et donc six points sur six, que dire de plus. Evidemment, comme les autres gros sont en difficulté, on peut se satisfaire de ça. Donc, pour les adeptes du « seul le résultat compte », l’article s’arrête ici.

A part ça, l’équipe de France baladée par le Pérou, est-ce normal ? Une équipe de France obligée de subir et de jouer en contre face au petit Pérou, est-ce normal ? Evidemment non.

L’animation défensive n’est pas bonne et elle repose sur un sel homme: Kanté. Le joueur de Chelsea a été tout simplement monstrueux. En dehors de tous les ballons qu’il récupère et relance propre, dans une simplicité (pas facilité !!!) à montrer à tous les joueurs de football, il y a une action qui caractérise l’extraterrestre qu’il est: En seconde période, il a cherché à renverser le jeu sur Mbappé à 60m. Le ballon fut renvoyé de la tête par le défenseur péruvien. Qui était là pour récupérer le ballon ? Ngolo Kanté qui avait 50 m de course entre la passe et le duel pour être déjà en position de reprendre le ballon. Ca symbolise son match.

Sinon, on a vu un Giroud impliqué et combatif mais qui perd de nombreux duels. Malgré cela, il est impliqué sur le but français, c’est déjà bien. Avec lui, Griezman s’est créé deux occasions, et c’est tout. Encore une fois, le français a déçu. Et le troisième, Mbappé, a marqué, fait deux différences et… c’est tout pour lui aussi. Il y a un vrai problème dans l’animation offensive, sauf sur une action parfaitement construite où la simplicité avait remplacé l’individualisme et dans laquelle le ballon ira de Mbappé, à droite à Hernandez à gauche, en passant par Kanté et Griezmann, pour terminer sur une frappe du latéral mais trop sur le gardien péruvien.

Deschamps avait donc placé Matuidi couloir gauche. Quand Emery l’avait fait avec le PSG, c’était n’importe quoi, un tocard. Alors Deschamps est un tocard aussi ou Emery n’était pas si fou que ça ? Je vous laisse choisir. En tout cas, encore une fois, Matuidi a montré pourquoi, malgré ses quelques lacunes techniques, il est indispensable. Ses prises de profondeur, son harcèlement, son état d’esprit sont juste indispensables à une équipe qui n’a ni collectif, ni plan de jeu. On pourra ajouter qu’à l’image de Domenech avec Govou en 2006, Fekir, qui n’aurait pas du être appelé sans la blessure de Payet, entre à tous les matchs. C’est étrange non, un joueur qui n’aurait pas du faire partie des 23 mais qui est passé devant Thauvin et Lemar. Bref.

Le Pérou pourra regretter son manque d’efficacité dans ses deux rencontres. Mais cette équipe est plaisante à voir jouer, avec une ligne directrice, un état d’esprit, une belle technique. Dommage, cette méritait vraiment mieux.

Alors la France s’en va vers son huitième de finale sans certitude. Mais finalement, c’est peut-être ce que préfère Deschamps. Donner le ballon à l’adversaire et le contrer, à l’image de l’Australie, de l’Islande, de l’Iran… Bref des petits pays. Mais bon, tant que ça gagne, il paraît que tout va bien… Alors, tout va bien.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*