Le foot, c’était mieux avant ?

Aujourd’hui, on crée des stars au bout de trois bons matchs. Mais vous pensez que les footballeurs sont plus forts aujourd’hui ?

L’exposition et la surmédiatisation, ça aide. Alors aujourd’hui, après quelques bons matchs, voire quelques bons mois, on devient une star. Et là, c’est parti pour le florilège de compliments qu’on a galvaudé: il est exceptionnel, il fait partie des meilleurs joueurs… Avec autant de joueurs exceptionnels, on se demande où est l’exception… Bref.

Pour ne parler que des trente dernières années, celles que j’ai pu voir de mes yeux, il y a un sacré paquet de joueurs qui auraient mérité beaucoup plus de louanges. Non seulement des attaquants, mais aussi des défenseurs. Et non seulement ils étaient très forts, mais beaucoup avaient une élégance, une classe avec le ballon qui ont fait qu’on était admiratif.

Pour commencer par les joueurs français et les étrangers qui évoluaient alors en ligue 1, on peut citer Hoddle, l’anglais de Monaco, un joueur d’une intelligence et d’une élégance rarement vue. Marseille a également vu passer Francescoli, Waddle, qui ajoutaient un côté facétieux et chambreur à ses dribbles (aujourd’hui, ça passerait pour de l’arrogance, mais bon…), Abedi Pelé, Futre, Stojkovic, entre autres. Au PSG, évidemment il ya eu le fameux duo Ginola – Weah, mais aussi Raï, Valdo, Susic avec ses crochets courts et ses passes de 40m de l’intérieur du pied.

En équipe de France, il y eut Tigana, énorme activité et très grande technique, Giresse, Platini, Zidane, pour les plus connus. Mais pour ceux qui ont eu la chance de les voir jouer, les Bellonne, Genghini, c’était aussi du très haut niveau technique. Et même derrière, un Maxime Bossis, Laurent Blanc, ça savait jouer au football. D’ailleurs, alors qu’on s’extasie sur Marcelo, le latéral gauche brésilien, un Manuel Amoros n’a rien à lui envier du tout.

Dans le reste du monde, on a évidemment les brésiliens et argentins. Redondo, numéro 6 au pied gauche exceptionnel, Maradona, évidemment, mais aussi Riquelme, un numéro 10 hors du temps, Aimar, Ortega, ou encore Zanetti, Batistuta ou Veron, milieu infatigable mais qui savait faire bien plus que courir. Chez le rival, on peut citer Zico, Socrates, Ronaldinho, Djalminha. On peut ajouter deux des plus grands gâchis du football, Robinho et Adriano, sans oublier le plus grand, Ronaldo (le vrai !!!).

Guti, l’espagnol et ses passes lumineuses, Rui Costa, Savicevic, Recoba, Gascoigne, Gerrard, Xavi, Guardiola, Stoïchkov, Del Piero, Totti, Mancini, ou encore Roberto Baggio, tous ces joueurs, c’étaient du très très lourd. Et comment ne pas parler de John Barnes, l’ailier de Liverpool qui reculera même au milieu vers la fin de sa carrière tellement il était capable de tout faire. Nesta ou Maldini, chez les défenseurs, c’étaient aussi quelque chose.

Cette liste est évidemment non exhaustive, tellement le football a produit de joueurs techniques quand celles-ci étaient un vrai critère avant le côté athlétique.

Tout cela pour dire, non pas que le football c’était mieux avant, on s’en fout un peu, mais que quand j’entends des commentaires aujourd’hui sur de nombreux joueurs, sur leurs pseudo qualités techniques, ça me fait doucement rigoler. Et quand on sait, qu’à l’époque, les joueurs défensifs étaient d’une agressivité hors norme, ça ne fait que relever encore la qualité de tous ces joueurs.

Pour ceux qui auraient des doutes, allez voir les classements du ballon d’or entre 1980 et 2000 (quand celui-ci voulait encore dire quelque chose), et croyez-moi, les Lewandowski, Dzeko et autres Isco n’y auraient même pas été nommés dans les 50. Aujourd’hui, les joueurs existent plus par les stats que par le jeu. Oui, il y a eu des joueurs pour lesquels je me suis dit « il ne faut pas que je rate leur match », et jusqu’à récemment, avec un Xavi ou un Iniesta par exemple… Aujourd’hui, je ne me le dis plus. Après, chacun son avis…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*