Les bleus encore en chantier ?

Pour son dernier match de préparation, la France a fait match nul contre les Etats-Unis 1-1. Un match qui n’a pas rassuré. A une semaine du début de la coupe du monde, les bleus sont-ils encore chantier ?

J’ai toujours mis à part les matchs amicaux pour plusieurs raisons: quel est l’investissement des joueurs ? Quel juste milieu entre jouer et ne pas se blesser ? Enfin, quid de l’adversaire ? Bref, trop d’éléments qui perturbent l’analyse. Mais pourtant, beaucoup de choses obligent à se poser des questions sur cette équipe.

On ne voit pas grand-chose. Une équipe sans automatisme, avec des liens qu’on ne voit pas. L’animation offensive n’existe que par des exploits individuels. Quant à l’animation défensive, ça manque de coordination mais aussi et surtout de leaders, de caractère et de vrais défenseurs. Mais en plus du collectif, les individualités déçoivent.

Deschamps doit-il revoir son milieu à trois ? Doit-il changer son animation offensive ou plutôt, déjà, en créer une ? Doit-il insister avec Giroud ? Ce qui est sûr, c’est que le sélectionneur, encore une fois, n’a pas de plan B alors que son plan A n’est pas rassurant. Peut-on se contenter d’empiler les joueurs offensifs à 100M€ en pensant que ça suffira ?

Les joueurs

Depuis quand Hugo Lloris n’a pas effectué un arrêt décisif en équipe de France, voire un arrêt tout court. En difficulté cette saison à Tottenham, le gardien français ne rassure pas, ni lui, ni sa défense. Dans le même temps, Mandanda n’offre pas non plus de certitude.

L’axe Umtiti – Varane, c’est pareil. Alors que les américains ne se sont pas montrés transcendants offensivement, les peu de fois où ils ont passé le milieu de terrain, il y a eu danger. Mais est-ce illogique ? Varane a un vrai chef au Réal, Ramos, et Umtiti a Piqué au Barça. En sélection, on a donc deux seconds mais pas de leader. Et à force, ça va poser problème.

Concernant les latéraux, où sont les certitudes ? Sidibé, ça fait plus de deux ans que j’essaie d’expliquer qu’il n’est pas un bon joueur. Il court, il attaque, mais qu’apporte-t-il vraiment offensivement ? Et défensivement, c’est juste catastrophique. Alors, Pavard a-t-il une carte à jouer ? Dans l’absolu, oui, mais connaissant Deschamps, je ne pense pas qu’il ose titulariser l’ancien lillois, pour le début de la coupe du monde en tout cas. De l’autre côté, Mendy n’est pas au niveau. Il a pour lui une vraie belle qualité de centre. Mais on sent bien que physiquement, son année sans jouer est un problème. Avec une semaine de plus d’entrainement, cela suffira-t-il ? Je ne suis pas sûr. Enchainer les rencontres et l’activité sur son coté, alors qu’il n’a pas joué de l’année, ce sera très compliqué. Là aussi, Hernandez a-t-il une chance ? Seul Deschamps a la réponse, mais il doit se poser la question.

Au milieu, Kanté est intouchable, même si, ce soir, il n’a pas été transcendant. Il apporte son activité et son intelligence pour compenser les déplacements des uns et des autres. C’est le point d’équilibre. Mais est-il indispensable quand l’équipe de France affronte une équipe recroquevillée qui ne fait que défendre.

Avec lui, ils sont trois pour deux postes. Tolisso a marqué des points. Il a pris une dimension intéressante cette saison, et il a confirmé sur les deux rencontres amicales contre l’Irlande et l’Italie. Matuidi a fait du Matuidi: généreux mais brouillon. Comme d’habitude, il est discuté, mais comme d’habitude, malgré son déchet technique, il se rendra indispensable par son activité et son état d’esprit. Et puis, il y a Pogba. Décevant face à l’Italie, il l’a de nouveau été ce soir. Certes, à un degré moindre, mais quand même. Peut-il se contenter de si peu ? Que va faire Deschamps: le mettre sur le banc ou le titulariser en vertu d’un pseudo statut ?

Offensivement, il n’y a rien

Devant, Deschamps est parti pour titulariser Giroud. Alors, ok, il marque. Mais sur ses 31 buts en équipe de France, 67% ont été inscrits dans des matchs amicaux. Comme quoi, encore une fois, les stats, on leur fait dire ce qu’on veut. Mais surtout, il faut arrêter d’écouter les débats bidons qui veulent encenser le jeu dos au but du joueur de Chelsea. Malgré sa taille et son gabarit, dos au but, il n’apporte rien. De la tête, il est souvent dominé, et dans le jeu au sol, il ne sert pas de point d’appui car 90% de ses remises ne trouvent personne. Lui aussi n’a pas beaucoup joué ni à Arsenal ni à Chelsea. A un moment, il n’y a pas de mystère.

Pour Mbappé, le problème est complexe. Oui, il tente, il percute, mais ça ne donne rien. Comme au PSG, il veut prouver qu’il est au-dessus, qu’il est décisif. Sauf que rien de ce qu’il fait ne l’est dans l’intérêt collectif, ou trop rarement. Et en plus, maintenant, on lui fait tirer les coups de pieds arrêtés. A force de vouloir trop en faire, on va finir par le perdre.Bon, c’est lui qui égalise face aux Etats-Unis, c’est déjà ça. Il essaye de combiner avec Griezmann, mais ça ressemble à ce qu’il a fait au PSG avec Neymar: des combinaisons forcées et qui ne respectent pas le jeu collectif. Quand en plus, comme hier, le joueur de l’Atletico n’était pas dans un bon soir, c’est compliqué. Griezmann est le joueur le plus intelligent, offensivement, de cette équipe. Ses déplacements, ses remises, tout respire le football. Mais il a l’air fatigué. Espérons pour lui et pour les bleus que ce ne soit que passager et dû au travail athlétique mis en place par le staff avant d’attaquer la compétition.

Sur le banc, il y a Dembélé et Fekir. L’ancien rennais n’a pas beaucoup joué cette saison, lui aussi. Il va vite, il tente, il percute. Mais a-t-il le niveau et le coffre pour débuter les rencontres ? Quant à Fekir, il a été bon face à l’Irlande, et il a fait une bonne entrée hier soir. Assez pour bouleverser la hiérarchie ? Finalement, Deschamps ne doit-il pas se résoudre à former une attaque à trois individualités rapides (Fekir ou Dembélé – Griezmann – Mbappé) et advienne que pourra ?

Si on analyse le contenu des trois rencontres amicales de préparation, il n’est pas bon. Il n’y a toujours pas de certitude sur ce que l’équipe veut faire, sur les individualités. Deschamps n’a pas de plan B au milieu, en tout cas dans l’animation. Est-ce normal à une semaine du début de la compétition ? Rendez-vous samedi 16 juin, à 12H, face à l’Australie pour les premières réponses.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*