Les diables rouges avancent vers le paradis

La Belgique a éliminé le Brésil 2-1, dans un vrai match de haut niveau. Mais Tite peut s’en vouloir.

Il avait remis le Brésil sur de bons rails depuis deux ans. C’était presque devenu une légende après les déboires de la seleçao depuis le calvaire vécu face à l’Allemagne. Mais voilà, le football est ainsi fait que tout est sans cesse remis en question. Alors, pourquoi Tite peut s’en vouloir ?

Tout d’abord pour avoir aligné le même 11 pendant les cinq rencontres, exceptés le huitième de finale où Marcelo, blessé, était remplacé par Felipe Luis. En dehors de la fatigue accumulée, on a vu trop de joueurs qui n’étaient pas au niveau.

Avec Felipe Luis, le Brésil est plus solide qu’avec Marcelo. D’ailleurs, sur le but de De Bruyne, le joueur du Réal ne fait que reculer sans jamais sortir sur le belge. Marcelo n’est pas nul, c’est juste tout sauf un latéral gauche et c’est un problème (http://parlonsbienparlonsfoot.fr/marcelo-vraiment-lateral/).

Au milieu, Casemiro a manqué. Non pas que ce joueur soit exceptionnel, mais il apporte l’équilibre, que ce soit au Réal ou avec la seleçao. Hier, il a été remplacé par Fernandinho, simplement catastrophique. A leurs côtés, Paulinho a été titularisé systématiquement. Alors je sais qu’aujourd’hui, on aime les stats. Alors ok, il a marqué. A part ça, ce joueur est d’une banalité sans nom. Il n’apporte rien, techniquement il en existe des millions des comme lui. Enfin, Coutinho a alterné le bon et le moins bon. Dommage qu’il ait manqué cet intérieur du pied sur une offrande de Neymar, pour égaliser hier soir.

Devant, Willian a été catastrophique. Ce joueur est surcôté, comme beaucoup de brésilien. Comment Douglas Costa n’a-t-il pas eu sa chance. Et quand on voit son entrée face aux belges, Tite va le regretter. Neymar a retrouvé des jambes au fur et à mesure de la compétition, mais on a bien senti que sa blessure l’avait handicapé. Mais surtout, lui qui rêve de ballon d’or avait 45 minutes pour faire basculer le match et prendre une sérieuse option sur le trophée. Il n’en a rien été. Le parisien va devoir changer de mentalité, d’état d’esprit s’il veut franchir un palier et devenir le no 1 comme il en rêve depuis toujours. Il avait presque été plus fort dans tous les domaines en 2014 alors qu’il était plus jeune et que la compétition était au Brésil, avec une pression extrêmement plus forte. C’est dire s’il n’a pas forcément preogressé.

Enfin, Gabriel Jesus était le titulaire indiscutable à la pointe de l’attaque. Lui aussi n’a rien montré: mauvais choix, erreur technique, aucune justesse. Là aussi, on peut se demander pourquoi Firmino n’a-t-il pas eu droit a plus de temps de jeu ? D’ailleurs, le Brésil a été bien meilleur lorsque Firmino et Costa étaient sur la pelouse.

En face, les belges ont fait la première période parfaite, notamment tactiquement et dans l’efficacité. Des buts inscrits sur le peu d’occasions créées, et une animation entre 4-3-3 et 3-4-3. Eux aussi, comme c’est la nouvelle tendance, avaient décidé de laisser le ballon et, dès la récupération, d’aller vers l’avant le plus vite possible. D’ailleurs, le sélectionneur avait même décidé de demander à Hazard et Lukaku de limiter leur travail défensif.

Ce n’est pas anodin si Hazard a été énorme. Pas décisif, mais monstrueux dans sa capacité à conserver le ballon et permettre à son équipe de souffler, de sortir et de se projeter. Je l’ai souvent critiqué dans les gros matchs, mais hier, il a enfin répondu présent.

Avec lui, Lukaku a fait une grande prestation. Alors ok, ce n’est pas le joueur pour lequel je paierai ma place. Mais hier, il a été puissant, juste, permettant les contres de son équipe, mais faisant beaucoup de mal à la défense brésilienne. Et puis, il y a De Bruyne. Un peu en perte de vitesse les dernières semaines avec City et la sélection, il est réapparu au meilleur moment. Qualité de passe, justesse technique, frappe de balle, harcèlement, il a fait un récital des qualités d’un milieu de terrain moderne.

Enfin, même si tous les belges sont à féliciter, Courtois, auteur d’une saison très moyenne à Chelsea, s’est réveillé au meilleur moment, lui aussi.

Alors c’est vrai, le Brésil a été plus dangereux, se créant plus d’occasions, mettant un rythme énorme en fin de match. Mais voilà, il y avait déjà 2-0.

Le France – Belgique s’annonce passionnant, entre deux équipes avec des qualités assez proches. La France a l’avantage d’avoir moins puisé que les belges lors du quart de finale respectif.  On attendra mardi, le jour du match, pour en parler, parce qu’avec la chatte à DD, on n’est pas à l’abri qu’un Hazard ou un De Bruyne se blessent en allant à la cantine…

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*