Ligue 1: Heureusement qu’il reste du suspense

Rennes qui rejouera l’Europa league, Marseille qui chute à domicile, St-Etienne et Lyon à la lutte pour la troisième place… Le bilan du weekend.

Rennes a donc obtenu son premier titre depuis 48 ans en battant le PSG aux tirs aux buts, samedi soir, au stade de France. Je ne vais pas revenir sur le match parce que je pense que c’est plus le PSG qui s’est sabordé que les bretons qui sont allés la gagner. En revanche, encore une fois, le résultat vient masquer certaines choses.

On nous parle de saison exceptionnelle, et presque d’un Julien Stephan nouveau modèle d’entraineur. Donc, désormais, on peut parler de saison exceptionnelle quand on perd 12 matchs en championnat et qu’on en gagne que 11 alors que les bretons ont joué 33 matchs ? Si on regarde bien les résultats depuis la prise en main du nouvel entraineur, on a le classique coup de booster juste après le changement de coach, puis, de nouveau un trou. Rennes est aujourd’hui 11èmederrière des clubs comme Strasbourg, Reims et Nîmes.

Encore une fois, un titre après 48 ans d’attente, c’est génial, super, magnifique. Mais calmons-nous sur les superlatifs qualifiant la saison. Une coupe de France et un exploit contre l’immense Betis Seville, 12èmede la Liga, c’est donc exceptionnel (!!!!).

Ensuite, il y a les déclarations de Ben Arfa après la victoire. Ce joueur, présenté comme un extra-terrestre, qui n’a jamais rien prouvé partout où il est passé (Marseille, Newcastle, Paris), auteur d’une saison moyenne et inexistant en finale, se permet de chambrer le PSG. Mais qui est arrivé avec des kilos en trop en début de saison ? Qui a eu sa chance mais pensait que le football se jouait seul ? Qui s’est fait virer d’un club comme Hull City ?

Quand il aura arrêté de jouer et qu’il se retournera sur sa carrière, c’est sûr qu’il pourra être heureux de s’être gavé d’oseille, mais son bilan sportif sera catastrophique. Mais voilà, dans ce nouveau football, l’humilité et la remise en question, ce sont deux termes qui n’existent plus. Il pourra alors remercier son agent et ses éducateurs qui l’ont fait passer à côté d’une vraie belle carrière et dans laquelle il aurait gagné encore plus d’argent.

Pour rester sur cette finale, les déclarations de Neymar en fin de rencontre sont à noter. Quand le brésilien déclare qu’au PSG, les jeunes n’écoutent pas mais qu’en plus ils répondent aux anciens mais aussi au coach, ça ne choque personne ? Quand je répète depuis plusieurs saisons que notre formation est nulle parce qu’elle n’offre pas aux joueurs un comportement de joueur de haut niveau. Quand je répète que les joueurs français prennent la grosse tête plus vite que les autres, c’est bizarre, il paraît que je suis jaloux, aigri, que je ne fais que critiquer. Mais quand je le dis, je sais pourquoi, je ne le fais pas gratuitement. En tout cas, ça confirme ce que je dis sur les Rabiot, Kimpembe et autres Nsoki ou Adli. Ce dernier, qui voulait du temps de jeu, joue-t-il plus à Bordeaux ? Nkunku réclame plus de temps de jeu mais quand il joue, son attitude est déplorable. Et je ne vais même pas revenir sur son attitude au moment du penalty en finale. Il suffit de regarder sa marche jusqu’au ballon, son tir et sa réaction pour comprendre. Bref…

La course à la troisième place

Décidément, encore une fois, le résultat ça cache beaucoup de choses. Marseille avait recollé mais le contenu de ses matchs était toujours aussi pauvre. Avec cette défaite, à domicile, contre Nantes, l’OM manque une nouvelle fois de se donner l’espoir d’accrocher l’Europe en fin de saison.

Comment peut-on produire une telle prestation quand, alors que tout semblait perdu, les résultats des autres vous offrent l’espoir de quand même accrocher le podium ? C’est déprimant.

Cerise sur le gâteau, les déclarations de Eyraud et Garcia. Le président marseillais veut donc s’inspirer de FIFA19 et des buts qui comptent double en dehors de la surface. En deux ans, ce président aura montré toute sa connaissance du football en matière de gestion, de choix d’hommes et de déclaration.

Quant à Rudy Garcia, après le « si on n’avait pas pris autant de but, on serait meilleure défense », dimanche soir, il nous inventé le « si on avait converti nos matchs nuls en victoire, on serait là où on voulait être ». En fait, Rudy Garcia joue un championnat dans sa tête qui n’est pas la ligue des talents (!!!) mais la ligue des si… Déplorable.

En tout cas, dans cette course, Saint-Etienne continue d’avancer et d’enchainer. Non seulement les verts sont en train de semer l’OM, mais en plus, ils restent dans la roue de Lyon alors que les lyonnais vont recevoir Lille ce weekend et qu’eux vont se déplacer à Strasbourg, déjà qualifié pour l’Europa league grâce à sa victoire en coupe de ligue.

La descente, ça chauffe

En bas, Caen est repassé devant Dijon. Guingamp s’est écroulé à Nice. Et ce weekend, il y a un Guingamp – Caen qui promet, notamment après les appels du président breton au sujet d’un possible arrangement entre Caen et Amiens, il y a deux journées, match remporté par… Amiens. L’ambiance risque d’être électrique et le président guingampais a peut-être réveillé des caennais amorphes jusque-là. Bien joué !!!!

Pour le reste, on aura noté le triplé d’Atal, véritable révélation de la saison. Capable de jouer latéral droit ou offensif droit, le jeune algérien s’est donc découvert la possibilité de jouer offensif gauche. Patric Vieira dit de lui que s’il en est là, c’est qu’il travaille, qu’il a faim et qu’il est à l’écoute… Tiens, tiens, tout l’inverse de beaucoup d’autres joueurs.

A quatre journées de la fin, à défaut de voir du vrai football, la ligue 1 est encore pleine de suspense en haut et en bas… On va se contenter de ça.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.