Ligue 1: Une journée qui relance tout

Marseille qui n’avance plus, Lyon accroché à domicile, Saint-Etienne qui se rapproche de la ligue des champions… Une journée de ligue 1 étrange.

Cette 20èmejournée de ligue 1 était attendue après tous les matchs de coupe depuis la reprise. Et encore une fois, il y a eu des surprises, des déceptions.

Dans le match du dimanche soir, Marseille recevait Monaco dans un choc sous tension même si les enjeux étaient différents de chaque côté. Garcia décide d’aligner Ocampos en pointe, envoyant de nouveau le signal à Germain et Mitroglou qu’ils n’étaient définitivement plus les avants-centres de l’équipe. En face, Thierry Henry aligne Fabregas, fraichement arrivé, d’entrée.

Le début de match de l’OM est bon jusqu’à ce but de Lopez, aidé par une mauvaise attitude de Benaglio, le gardien monégasque. Marseille mène mais Marseille recule et Monaco prend le match en main, notamment grâce à la qualité technique de Tielemans et Fabregas.

Monaco domine et l’OM n’existe plus, mangé au milieu du terrain. Plusieurs situations intéressantes jusqu’à ce but de Tielemans qui égalise. 1-1, c’est le score à la pause.

Le début de seconde période est toujours à l’avantage des joueurs de la principauté. Et franchement, si les monégasques étaient dans une meilleure forme, ils auraient enfoncé l’OM. Les joueurs d’Henry vont manquer de prendre l’avantage, notamment par Golovine, seul devant Mandanda. Malheureusement, le russe va trop ouvrir son pied et trouver l’extérieur du poteau.

L’OM est mal, mais heureusement, Henry va devoir faire des changements. Et comme il n’a pas de banc, les entrées en jeu vont fragiliser son équipe. Les marseillais vont en profiter pour pousser un peu et multiplier les situations, sans conclure. Sauf sur cette action où Thauvin va donner l’avantage à l’OM, mais le but va être refusé par la VAR. Voici les limites de la VAR. L’action vue au ralenti fausse le jugement parce qu’il n’y avait pas faute d’Ocampos sur Benaglio. Bref…

Marseille et Monaco font match nul et l’OM est neuvième ce soir. Dans cette équipe, Payet, Amavi, Strootman sont toujours catastrophiques. Marseille va à Saint-Etienne mercredi soir et en cas de défaite, ça risque vraiment de sentir la saison ignoble.

Heureusement pour les équipes qui luttent pour une place en ligue des champions, Lyon a de nouveau raté un match à domicile. Tenus en échec par Reims, les lyonnais n’y arrivent toujours pas face aux équipes solides et solidaires. Et quand les individualités n’arrivent plus à sortir l’équipe de son manque d’imagination, Lyon est une équipe quelconque. L’OL est à quatre points de Lille, avec un match en moins mais qui est loin d’être gagné.

Et Saint-Etienne souffle sur son rival lyonnais. Revenu à égalité et devancés seulement à la différence de buts, les stéphanois enchainent et se prennent à rêver de ligue des champions.

A Amiens, le PSG est allé s’imposer (0-3) toujours sans mettre de rythme et en pliant le match en seconde période. Quant aux lillois, ils continuent d’enchainer, portés par un excellent Pépé, et s’installent vraiment comme le dauphin du PSG.

Et puis, il y a Strasbourg, qui vient se mêler à la lutte pour les places européennes, accompagnés par Rennes. Les bretons enchainent une quatrième victoire consécutive en ligue 1 depuis le départ de Lamouchi. Pourtant, les nantais méritaient vraiment mieux tant ils ont dominé les rennais. Mais ils ont manqué de justesse dans le dernier geste.

En bas du classement, Guingamp n’a pas surfé sur sa victoire du Parc des Princes en coupe de la ligue. Battus par Saint-Etienne, les bretons sont à sept points de Dijon, barragiste. Ca va être dur de revenir. Dijon qui a pris un point contre Montpellier pour le premier match de Kombouaré à sa tête. Un match où on a senti l’état d’esprit de l’entraineur et les dijonnais auraient même pu (dû?) s’imposer sans cette erreur défensive de Kwon.

Alors qu’on entame les matchs retours, cette ligue 1 va encore réserver de nombreuses surprises, et peut-être encore des licenciements d’entraineurs.

Pour terminer, un mot sur la VAR. Ce week-end, cette technologie a montré ses limites dans l’interprétation. Par exemple, certaines actions ne doivent pas être jugées au ralenti mais à vitesse réelle. Mais on y reviendra bientôt.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.