Ligue Europa: Heureusement, Nice

Bilan mitigé pour les clubs français lors de cette première journée d’Europa League.

La soirée d’hier est une de celle où on se pose des questions. Que vaut vraiment le football français de clubs ? Le problème, c’est quand à la fin, on ne peut pas vraiment répondre. Parce qu’au-delà du résultat, toujours important en coupe d’Europe, il y a le contenu. Deux victoires, un nul, c’est à peine moyen, mais quand le contenu est indigeste deux fois sur trois, ça fait beaucoup.

Quand on voit la rotation effectuée par certains, on se pose des questions. Le fameux « on ne peut pas jouer deux compétitions en même temps avec notre effectif risque de revenir très vite… Comme une rengaine fatiguante.

L’OL, Génésio va-t-il résister longtemps ?

Lyon se rendait à Limassol, à Chypre, pour y affronter l’Apollon. Vu la leçon de football reçue par Lyon, j’aurai aimé dire « le grand Limassol ». Mais ce n’est pas le cas. Jean-Michel Aulas, qui nous rabâche sans arrêt que seul l’argent fait la différence, devrait se demander alors, pourquoi son équipe au budget environ 12 fois supérieur à celui de son adversaire (14M€ contre 180), a pu être ridicule à ce point.

Une défense aux abois, un milieu de terrain dépassé techniquement, et une attaque qui ne repose que sur les coups d’éclat de Fekir. D’ailleurs, le président lyonnais, d’habitude enclin à défendre son entraineur, est cette fois montée au créneau pour lui demander des comptes. Parce qu’il faut être aveugle pour voir que depuis plus d’un an, Bruno Génésio n’est plus l’homme de la situation. Aucun projet de jeu, aucune vraie décision, un coaching catastrophique, ils multiplient les casseroles.

Lyon se contentera d’avoir fait match nul à l’extérieur en coupe d’Europe. Mais il va vite falloir montrer autre chose avant que ça n’explose définitivement. Et quand on sait que leur prochain rendez-vous, c’est au Parc des Princes, face au PSG…

L’OM: à pleurer !!

Déjà, avant le match, j’ai eu peur. Peur, quand j’ai entendu le discours de Rudy Garcia en conférence de presse. Un discours qu’on entend au niveau district : « il faut une équipe de caractère », « il faut des mecs qui en ont »… Bref, toutes les banalités qu’on entend par des entraineurs non diplômés qui sont là par passion sur tous les terrains pourris du dimanche après-midi. C’est triste parce qu’il y en a qui le font bénévolement et un qui est payé une fortune pour débiter les mêmes discours…

En tout cas, on a vu. On a vu une équipe toujours aussi nul s’en sortir sur un but de Rami suite à un corner. On a vu des turcs toucher la barre transversale, se créer des situations très chaudes. On a vu Rudy Garcia faire entrer Sarr et Anguissa, un coaching qui fait rêver, mais surtout un coaching qui en dit long sur la sérénité que doit envoyer l’entraineur marseillais à ses joueurs.

Le match à Amiens s’annonce déjà bouillant pour l’ancien coach de la Roma. Que va-t-il se passer si l’OM s’incline chez le promu ? Vivement dimanche !!!

Heureusement, Nice

Heureusement, Nice a montré autre chose. Encore une fois, une équipe avec des certitudes, des principes de jeu solides, un entraineur qui ne doute pas de sa méthode, ça change tout. Les aiglons sont donc allés s’imposés 5-1 à Waregem.

Certes, ils ont subi en début de rencontre, mais rapidement, ils ont le pris le dessus. Alors oui, je sais, je vais encore critiquer les entraineurs français, mais le club qui a offert le meilleur visage, c’est celui qui n’est pas entrainé par un français. Le club qui a le plus petit budget des trois mais les meilleurs résultats, c’est celui qui n’est pas entrainé par un français. Le club qui propose le meilleur football des trois, c’est celui qui n’est pas entrainé par un français.

Si les clubs français jouaient le jeu, et au vu de l’adversité cette saison, ils pourraient aller chercher, enfin, un titre européen. Doit-on se contenter de juste sortir des poules, enfin, pour ceux qui y arriveront ?

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*