Lyon décevant, Lille paye pour apprendre

Lyon déçoit encore une fois en ne faisant que match nul, à domicile, face au Zénith (1-1). Lille s’incline à Amsterdam (0-3) au terme d’un match pour apprendre.

On attendait de voir. Lyon, au ralenti en championnat, faisait son entrée en ligue des champions face au Zénith.

Pour ce match, Silvinho décide de mettre Andersen, en difficulté, et Aouar, en difficulté, sur le banc et de titulariser Marcelo et Tousart. Première énigme, Tousart. Il a été critiqué à son arrivée parce qu’il ne correspondait pas au jeu que voulait mettre en place le brésilien. Donc, soit le coach lyonnais renie ses principes, soit il n’a pas d’autre choix que d’aligner le français. Dans les deux cas, c’est un problème.

La première période des lyonnais est juste indigne de la ligue des champions. Pas de course, pas d’intensité, pas de jeu et des joueurs qui tentent des actions individuelles les uns après les autres. C’est donc presque logiquement que le Zénith va ouvrir le score juste avant la pause. 0-1.

En seconde période, les lyonnais sont un peu mieux sans être transcendants. Ca va suffire pour revenir au score sur un penalty de Depay. Mais ce ne sera pas assez pour prendre trois points et se lancer sur les bons rails de la C1.

Lyon n’a remporté aucun des ses onze derniers matchs de ligue des champions à domicile. Ca commence à faire beaucoup. Mais surtout, rien n’a changé. L’état d’esprit n’a pas changé. Le jeu n’a pas changé. L’intensité n’a pas changé.

Denayer n’a pas été bon  soir. Avec lui, Marcelo a été en difficulté sur les offensives russes. Koné a également souffert défensivement et a été catastrophique offensivement. Au milieu, Tousart a fait ce qu’il a pu mais il est bien trop loin du niveau ligue des champions dans l’intelligence de jeu et dans les transmissions. Mendes a souffert lui aussi. Seul Reine-Adelaïde a surnagé sans être exceptionnel, sûrement trop seul. Devant, Dembélé a été inexistant, tout comme le fantomatique Traoré. Enfin, Depay est un intermittent mais il a au moins eu le mérite de marquer le penalty de l’égalisation.

Avec ce nul d’entrée, à domicile, Lyon démarre mal. Rien n’est rédhibitoire, mais ça risque de faire mal au moment de faire les comptes. Mais surtout, on ne voit aucun progrès dans cette équipe où les maux sont les mêmes qu’avec Genesio.

Lille, la dure réalité

Il faut parfois payer pour apprendre. Et Lille a payé cher. Les lillois ont appris que la ligue des champions, c’est un autre niveau. Les lillois ont appris que l’intensité de la LDC, ce n’est pas la ligue 1. Les lillois ont appris que l’efficacité, c’était capital.

Pourtant, les joueurs de Galtier n’ont pas démérité. Ils auraient même pu réduire le score et donner un autre visage au match, notamment grâce à des phases de transition extrêmement rapides et justes… Jusqu’au dernier geste. Parce que, malheureusement, les attaquants ont manqué d’efficacité et sont tombés sur un très bon Onana.

En face, l’Ajax a fait de l’Ajax. De l’intensité, de la justesse technique et de l’efficacité. En perdant De Jong, et en étant privé de Van de Beek, on attendait de voir le milieu de terrain. Et on a vu. Martinez a été très bon, bien aidé par Quincy Promes, de retour dans son club formateur, et Alvarez. Devant, la triplette a encore fait mal, notamment Ziyech et Neres. Derrière donc, Onana a été impeccable. Quant aux deux latéraux, Tagliafico et Dest, ils ont été très bons. Certains clubs français feraient bien de regarder comment travaillent les néerlandais sur le recrutement. Quand un club a une philosophie de jeu, c’est peut-être plus facile d’y intégrer des joueurs, non ?

Lille s’incline 3-0 et quand on sait que deux prochains adversaires sont Chelsea et Valence, ça s’annonce très, très compliqué.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.