Lyon et Lille, bilans mitigés

Lyon et Lille ont donc manqué leur entrée en ligue des champions, avec des prestations opposées. Que faut-il attendre de la suite pour ces deux équipes ?

Les deux autres clubs français engagés en ligue des champions, Lyon et Lille, ont connu des entrées compliquées en C1. Pour Lille, c’est explicable, pour Lyon c’est presque inadmissible.

Lyon, toujours les mêmes maux

L’OL n’a pas gagné un match de ligue des champions à domicile sur les onze derniers. Ca commence à faire beaucoup. Mardi soir, face au Zénith, on attendait autre chose de la prestation lyonnaise, notamment en première période.

Bousculés, incapables de garder le ballon et de bien l’utiliser, les joueurs de Silvinho ont raté leur première période au point d’être menés à la pause. Encore une fois, comme la saison dernière, c’est donc une équipe à réaction qui va revenir sur la pelouse. Le début de seconde période est meilleur, sans être exceptionnel. Ca va suffire à égaliser grâce à Depay, qui va obtenir et transformer le penalty. Mais ce ne fut pas assez pour remporter le match, les lyonnais passant même très près de le perdre, les russes se créant les dernières occasions.

On se disait tous que l’OL allait élever le niveau, parce que c’était la ligue des champions, que tout le monde regardait et que ces joueurs-là aiment se montrer. Il n’en fut donc rien, sûrement que le Zénith, ce n’est pas assez clinquant pour eux.

Heureusement que les lyonnais ont un gardien qui ne passe presque jamais au travers. Antony Lopes a fait ce qu’il fallait pour maintenir son équipe dans le match. En défense, Denayer, qui revenait de blessure n’a pas montré la puissance et l’autorité qu’il dégageait la saison dernière. A ses côtés, Marcelo a montré pourquoi l’OL cherchait un autre défenseur central. Sauf qu’Andersen, la recrue, montre lui aussi des lacunes énormes pour évoluer à ce niveau, tant dans la lecture du jeu que dans ses relances ou dans sa vivacité d’intervention. Une recrue à 30M€ qui interroge. Tete n’est pas un joueur de haut niveau, et Dubois a l’air moins à l’aise que l’an dernier ? Sont-ce les consignes de Silvinho qui le bride ? Est-ce le contrecoup d’une belle saison et d’une sélection en équipe de France ?

Au milieu, Aouar, plutôt très moyen depuis le début de saison, a été laissé sur le banc. Mais surtout, il n’est même pas entré. Est-ce un message ? Est-ce pour le piquer ? C’est donc Tousart qui va être titularisé ? Le milieu défensif, que Juninho a attaqué avant la saison, en déclarant que ce n’était pas le profil voulu, qu’il ne correspondait pas au profil que le duo brésilien souhaitait au milieu, joue régulièrement. Est-ce un aveu du manque de joueur ? Les brésiliens sont-ils en train de renier leurs principes de jeu ? Toujours est-il qu’une fois encore, Tousart a montré de la volonté, mais il a surtout montré qu’il était trop loin du niveau ligue des champions, et encore, ce n’était que le Zénith.

Avec lui donc, Reine-Adelaïde a été le meilleur lyonnais, essayant au moins de se battre, de trouver des passes vers l’avant. Mais il était bien trop seul au milieu, et sans solution devant pour faire plus. Quant à Mendes, il fut en difficulté, cherchant sa position, son rôle et avec trop de déchet technique pour ce niveau.

Enfin, devant, Dembélé a été introuvable. La faute au ballon qui n’arrivait pas, mais aussi à ses déplacements qui ne permettaient pas de le trouver correctement. Avec lui, Traoré a été transparent. Tentant trop souvent l’action individuelle, on se demande toujours pourquoi ce joueur a été recruté et surtout pourquoi il enchaine les matchs ? Quat à Depay, il est intermittent, énervant, mais le seul à pouvoir sortir l’OL d’un mauvais pas par un exploit.

Alors, oui Silvinho vient d’arriver et il a besoin de temps. Mais comme je l’ai déjà écrit, le problème est ailleurs. L’OL se trompe trop souvent sur ses recrues. L’OL ne sort plus de joueur pour évoluer au haut niveau comme Lacazette, Umtiti et autres Fekir. L’OL se contente trop souvent du minimum comme de finir sur le podium, même si c’est à plus 20 points du PSG. En fait, Lyon n’est plus assez exigent pour redevenir une équipe de haut niveau et ça manque de régularité.

Lille, du positif malgré tout

Les lillois se rendaient donc à Amsterdam pour leur retour dans la compétition. Défaits 3-0, ils n’ont pas démérité.

Evidemment, très peu de joueurs avaient connu la ligue des champions au coup d’envoi, et ça s’est vu. Tendus, mais pris aussi par l’intensité mise pas les joueurs de l’Ajax, les lillois ont mis une vingtaine de minutes a existé, même si on peut se demander s’il n’y avait pas penalty sur leur seule attaque du début de rencontre.

Après l’ouverture du score, ils ont commencé à sortir, à profiter de la vitesse de leurs joueurs offensifs pour effectuer leur s premières attaques sur des récupérations et des transitions très rapides. Mais voilà, en ligue des champions, l’efficacité est un élément déterminant, et les joueurs de Galtier en ont manque. Osimhen et Ikoné manquant à plusieurs reprises d’égaliser ou de réduire l’écart.

Le 4-4-2 mis en place par Galtier a été intéressant. Malgré tout, on peut s’interroger sur l’opportunité de titulariser Sanchez, à court de compétition et à un poste qui n’est pas celui où il évolue régulièrement. La charnière centrale aura également été en difficulté devant la mobilité et la technique des joueurs de l’Ajax.

Dans les bons points, on notera le bon match d’Ikoné, pratiquement dans tous les bons coups lillois, et les appels d’Osimhen qui auraient pu (du ?) marquer en étant plus juste dans le dernier geste.

Mais les lillois peuvent espérer malgré tout. Parce qu’ils ont le jeu pour embêter un Chelsea pas exceptionnel et un Valence bon mais pas irrésistible.

Un mot sur l’Ajax pour terminer. Perdre De Jong et De Light, ça aurait été une belle excuse pour beaucoup d’équipes. Van De Beek et Mazraoui blessés, ça aurait ajouté aux excuses courantes. Mais voilà, l’Ajax s’est remis en question et quand on travaille bien, ça paye.

Les néerlandais, longtemps référence en matière de formation, s’étaient perdus. Au lieu d’insister en étant persuadés d’avoir raison, ils ont tout remis à plat, réorganisé leur formation et la politique sportive. Et comme par hasard, ça paye.

Dest a été bon comme latéral droit. A gauche, Tagliafico (acheté 4M€) a surfé sur ses très bonnes prestations de la saison dernière. Au milieu, Promes, formé à l’Ajax est revenu et il a été très intéressant. Martinez et Alvarez, recrutés au Mexique et en Argentine pour un total de 11M€, ont montré que quand on avait une cellule recrutement qui travaillait bien et qui ne se limitait pas aux pays ou aux clubs « connus », il y avait encore moyen de faire de belles affaires dans le foot. A titre de comparaison, Paredes au PSG c’est 42M€ et Mendes à Lyon c’est environ 25, suivant les bonus.

Evidemment, quand le style de jeu est bien défini, ça permet de prendre des joueurs aux profils qui correspondent et donc ça limite la casse.

On pourra aussi s’interroger sur le fait que Ziyech, encore très bon mardi, n’a pas trouvé preneur, mais aussi sur la durée que restera Neres chez les rouges et blancs, tant ce joueur possède une palette assez exceptionnelle.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.