Lyon n’y arrive plus

Défait à domicile par Rennes (0-2), Lyon n’avance plus et s’éloigne du podium. Monaco est le grand vainqueur de cette journée.

Ces derniers temps, le match du dimanche soir concerne la course à la deuxième place. Ce soir, c’était donc Lyon qui recevait rennes pour reprendre la place de dauphin du PSG à Monaco, large vainqueur à Angers (0-4) samedi soir.

D’entrée, le bloc rennais se positionne bas et laisse la possession du ballon aux lyonnais. Sur leur premier contre (si on peut appeler ça comme ça), les rennais vont ouvrir le score. Un long ballon, Marcelo qui manque complètement sa déviation en retrait de la tête et Khazri qui s’en va battre Lopes entre les jambes. Non seulement Marcelo se troue sur cette action, mais alors que dire de l’attitude de Morel. Le défenseur lyonnais, au lieu d’aller fermer le porteur de balle, reste à courir à côté de son adversaire direct… Couvrir son partenaire, ralentir la course du porteur de balle, défendre l’axe ballon – but, aucun principe respecté. C’est digne d’un joueur de district !!!

Fort de cet avantage, les bretons reprennent leur position de base, assez basse, et continuent de laisser le ballon aux gones. Le problème des joueurs de Génésio, c’est que les transmissions sont trop lentes, ça manque de mouvement, de qualité technique. Et à la perte du ballon, les lyonnais ne travaillent pas ensemble. On a une équipe où chaque joueur travaille chacun son tour. Après vingt minutes de jeu, Rennes n’est pas en danger.

A chaque fois que les rennais récupèrent les ballons et qu’ils réussissent à trouver Khazri, le tunisien fait mal aux lyonnais. Même si Rennes est venu subir, il ne leur manque pas grand-chose pour prendre un avantage plus large: un peu de justesse dans l’avant-dernière ou la dernière passe et les bretons pourraient se créer des situations dangereuses.

Battre une équipe en bloc bas et compacte, ce n’est pas donné à tout le monde. Pour cela, il faut plus de spontanéité et une meilleure qualité de transmission. A la pause, Rennes mène 1-0 et ce n’est pas volé.

Génésio va devoir faire un choix. Pour donner plus de fluidité au jeu, plus de technicité et de justesse de passe, il faut enlever un des deux milieux (Tousart ou Ndombélé) pour Aouar, très bon depuis le début de la saison.

A la reprise, Génésio remplace Mariano, transparent, et Tousart par Depay et Aouar, Bertrand Traoré devenant attaquant axial.

Rennes se sort plus et les lyonnais s’approchent de plus en plus du but de Koubek. A l’heure de jeu, M. Delerue oublie même un penalty flagrant sur Fekir. Les entrées d’Aouar et Depay ont apporté ce qu’il manquait: de la vitesse, de la justesse et du mouvement. Et comme Rennes est en train de souffrir physiquement après n’avoir que fait que courir après le ballon…

Le problème des lyonnais, c’est qu’ils viennent trop souvent finir leurs actions dans l’axe alors que c’est lorsqu’ils ont écarté le jeu qu’ils se sont montrés les plus dangereux. Comme sur ce décalage de Ndombélé pour Fekir dont le centre trouve Depay. Malheureusement, le néerlandais pique trop sa tête. Puis, c’est Fekir lui-même, servi par Traoré, qui voit sa frappe passée tout près du but de Koubek. Ca se rapproche mais ça ne rentre toujours pas.

Et le coup de poignard va arriver. A la dernière minute du temps additionnel, sur un contre bien joué par Khazri, c’est Sliki, en deux temps, qui donner un avantage définitif aux bretons. 0-2. Ce sera le score final.

Génésio s’est trompé dans sa composition de départ et n’a pas trouvé les mots pour que son équipe attaque la rencontre comme un vrai match important. Apathique en première période, les lyonnais n’ont pas réussi à inverser la rencontre.

Mariano, c’est quand même une énigme. Alors je sais, il y a les amoureux des chiffres qui vont nous expliquer qu’il a inscrit 14 buts en 23 matchs. Mais non seulement il faut regarder le nombre de fois où il a inscrit le troisième ou quatrième but, mais surtout, quand il ne marque pas, ses matchs sont d’une tristesse abyssale. Quant à Tousart, sorti lui aussi à la pause, je sais que c’est la mode de dire que c’est une super trouvaille, mais ce joueur est tout juste un joueur moyen de ligue 1. Le fameux joueur d’impact au milieu comme il en existe deux mille de la ligue 1 à la DH mais il n’apporte rien du tout dans les sorties de balle.

Marcelo et Morel auront donc coûté le match à leur équipe. Lyon est ce soir à cinq points de Monaco et quatre de l’OM. Lyon n’a plus gagné depuis sa victoire face au PSG.

Rennes n’aura fait que défendre. Mais ils auront été efficaces puisqu’ils auront marqué sur une erreur de la défense lyonnaise et sur un contre en toute fin de rencontre. Khazri aura été le grand artisan de cette victoire. Pour le reste, il n’y a pas grand-chose à dire.

Les autres candidats à la deuxième place

Dans cette course à la deuxième place, et alors que tout le monde les voyait s’imposer, l’OM a réalisé une mauvaise opération. Tenus en échec à St-Etienne, les marseillais, pourtant devant au score, ont manqué de tout: de constance, d’efficacité, de mouvement, d’envie de faire mal. Il va se poser un vrai problème dans cette équipe: que faire de Payet ? Inexistant encore une fois, l’ancien joueur de West Ham n’apporte rien ni offensivement ni défensivement. Pourtant, il est non seulement titulaire mais aussi capitaine. A cela s’ajoute son transfert et son salaire.

Alors que l’OM, dans un championnat indécis, a la possibilité d’être en avance sur son projet en atteignant la ligue des champions de cette saison, la gestion de Payet va être décisive. Les rotations de Garcia également alors que l’OM se prépare à retrouver la phase à élimination directe de l’Europa League et donc des semaines à deux rencontres. A suivre…

L’autre candidat, Monaco, est allé s’imposer tranquillement à Angers (0-4). Un match maitrisé de bout en bout et un Jovetic retrouvé. Avec la blessure de Falcao, le monténégrin doit devenir le leader de l’attaque monégasque. Le problème avec lui, ce n’est pas son niveau mais les blessures qui ont stoppé régulièrement une carrière qui aurait dû être tout autre. Après un mois où on pensait Monaco décrocher, les revoilà plus que jamais dans la course.

Monaco, Lyon, Marseille, ça s’annonce passionnant.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*