Mejbri à United pour 10M€, ou quand le foot devient ridicule

Hannibal Mejbri a été transféré pour 10M€ à Manchester United sans avoir joué la moindre minute en pro. Mais au fait, c’est quoi un crack ?

10M€ sans la moindre minute jouée, on peut se demander où va le football ? Au-delà de ça, on peut quand même se poser la question d’un joueur qui n’a encore rien prouvé, qui a signé de son plein gré à Monaco, mais qui s’en va avant la fin de son contrat et de sa formation. Bref.

Ce qui m’intéresse, c’est cette définition de crack à un si jeune âge. Ca veut dire quoi ? Qu’il sait dribbler ? Qu’il marque des buts sur des actions individuelles ? Qu’il est plus fort que les autres ?

Quelque soit le lieu où vous habitez, vous avez tous côtoyé, dans votre jeunesse, un ou plusieurs joueurs dont tout le monde disait: « Waouh !! Il est trop fort !! ». Et après ?

Combien de joueurs se sont perdus en route ? Certains parce qu’ils ont pris un autre chemin, d’autres parce qu’ils ont choisi le mauvais club. Mais surtout beaucoup, parce qu’au lieu de comprendre le jeu, sont restés sur leurs acquis de petit phénomène.

Alors oui, il y a des joueurs qui sont en avance techniquement, physiquement et qu’on prend pour des surdoués. Sauf que le moment où il faut être au-dessus, c’est à partir de 18-19 ans, quand tout le monde a fini sa croissance, que chacun commence à atteindre sa plénitude en terme de puissance, de vitesse.

Le problème, c’est qu’on se trompe dans l’analyse des pseudos phénomènes. Les vrais phénomènes, ce sont ceux qui comprennent le jeu, demandent le ballon où il faut, savent déjà orienter leur corps, prendre les bonnes décisions, s’adapter à leurs partenaires et à leurs adversaires.

Le problème, c’est que pour voir cela chez un joueur, il faut passer plus que 20 minutes au bord d’un terrain. Le problème, pour percevoir cela, c’est qu’il faut comprendre le football, et ce n’est pas donné à tout le monde. Enfin, le problème pour valoriser ces joueurs, c’est qu’il faut de vrais formateurs, patients, compétents et qui ne vivent pas le football qu’au travers d’un résultat. Parce que, malheureusement, ces joueurs ont souvent des lacunes athlétiques et qu’en jeune, ça fait la différence. Parce que, malheureusement, ces joueurs ne font pas des actions spectaculaires mais aident les autres à être meilleurs.

Avec un tel transfert à 16 ans, ce sont de nouveau les éducateurs qui vont payer l’addition. Parce que les parents vont se dire que l’objectif, pour leur enfant, est d’obtenir la même chose et pas de progresser, de s’épanouir et ensuite, pourquoi pas, de vivre du football. Parce que les parents vont confondre transfert et salaire, ou encore transfert et réussite.

Qui a la certitude de ce que sera Mejbri dans trois ans ? D’ailleurs, que sont devenus les Geubbels, Tielemans, Odegaard, Bahlouli, tous présentés comme des cracks et achetés à prix d’or ??

Alors, tant mieux pour ces gens qui gagnent très bien leur vie très tôt et qui permettront à leur famille de sortir de la galère. Mais quel mauvais exemple, parce que pour un Mejbri, combien d’échecs, combien d’enfants dégoutés qui arrêteront même le football ? Mais bon, ceux-là, on s’en fout, ça ne fait pas  de clic sur une page internet !!!

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.