On a le football qu’on mérite

Avec tout ce qui s’est passé depuis la crise sanitaire, beaucoup font des constats sur le foot français : sa gestion, sa gouvernance, son style. Mais même si on a envie d’y croire, rien ne changera. On a le football qu’on mérite.

On ne va pas revenir sur tout ce qui s’est passé depuis l’arrêt des championnats : les brouilles, les divergences, le manque d’entente et de solidarité, le fait qu’une seule personne décide de tout ce qui se passe dans le football français.

Un président qui décide seul de qui monte et qui descend, d’arrêter la saison en cours mais de maintenir les finales de coupes mais pas les barrages et de les imaginer même devant un stade de France plein. Un président qui contredit des présidents de ligue 2 qui avaient voté un championnat, leur championnat, à 22. Aujourd’hui, même Les Echos ont attaqué, en parlant de tout ce marasme et du président de la FFF (https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/opinion-comment-la-fff-a-mis-le-foot-francais-dans-un-bourbier-1213661).

Si on fait tous ces constats, que ça nous énerve, c’est qu’on veut que ça change. Mais rien ne changera.

Rien ne changera parce que personne ne veut se mouiller. Rien ne changera parce que chacun a peur pour sa petite place, son rêve d’exister un jour et donc de ne pas se griller. Rien ne changera parce que trop de gens croquent et que le gâteau est trop bon pour défendre ses convictions.

Pour la réforme des diplômes, ce fut la même chose. Grand nombre d’éducateurs, titulaires du DEF (licence A U.E.F.A.), se sont vus rétrograder. Quand ils ont obtenu ce diplôme, ils avaient le droit d’entrainer jusqu’au niveau national, hors clubs professionnels. Puis, on a décidé que la national, championnat au statut amateur, c’était réservé pour les entraineurs au diplôme professionnel. Puis, les DEF sont devenus des BEF et ne peuvent plus entrainer que jusqu’au niveau Régional 1 (ex-DH). Trois niveaux de perdu sans n’avoir rien fait, juste sur une décision injuste de la DTN, avec l’accord de l’état.

Quand j’ai essayé de faire bouger les choses contre cette injustice, beaucoup d’éducateurs m’ont contacté. Puis, quand il a fallu mettre leur nom sur la plainte collective, ils m’ont dit « non, je ne mets pas mon nom, je ne veux pas me griller ». Quelle blague.

Se griller auprès de qui ? Personne ne vous calcule, personne ne sait que vous existez. Vous rêvez d’un parcours à la Nagelsmann, mais vous ne vous battez même pas pour avoir seulement les mêmes droits, c’est-à-dire le droit de passer un diplôme que vous méritez peut-être, mais que votre passé de non joueur professionnel vous interdit.

Fort de cette expérience, on voudrait nous faire croire que les gens vont se battre pour qu’une seule personne ne décide plus du sort de tout un football. Que des gens vont se battre pour faire valoir des droits.

Aujourd’hui, le football français est en danger. Dans les médias, nous n’avons droit qu’à d’anciens joueurs, sans avis, sans analyse, qui n’osent pas attaquer d’anciens collègues ou amis, ou alors qui sont dans l’extrême inverse, ils défoncent tout et tout le monde.

Aujourd’hui, quand vous avez un avis différent, et tranché, vous êtes un aigri, un jaloux, vous crachez dans la soupe. Tristesse de ce monde qui se plait à se plaindre mais à ne rien faire pour faire bouger les choses.

Alors oui, rien ne changera. Alors oui, les élections de l’année prochaine sont, sauf miracle, déjà réglées. Alors oui, les clubs amateurs meurent doucement, mais ils ont aussi oublié leur but premier : offrir du bonheur, du plaisir et un épanouissement à des gamins. Au lieu de ça, ils leur vendent du rêve en espérant en récupérer un qui aura du talent et qui leur offrira une vie meilleure quand il sera devenu pro.

Encore une fois, je ne dis pas que le foot français est pourri, nul, que c’est de la merde. Je dis juste qu’on est en droit d’imaginer mieux parce qu’il y a les structures, l’argent et la population pour faire beaucoup mieux et beaucoup plus.

Finalement, on a juste le football qu’on mérite.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.