Paris enchaine, Marseille recolle, Chapron ridicule

Paris s’impose petitement à Nantes mais s’échappe au classement. Marseille est le grand gagnant de cette journée. Enfin, Chapron s’est ridiculisé, une nouvelle fois.

Paris était donc à Nantes pour mettre ses poursuivants à 11 ponts minimum. Pour cela, Emery laissait Silva sur le banc pour Kimpembe, Lo Celso – Verratti – Rabiot au milieu, et le trio Cavani – Mbappé – Di Maria devant en l’absence de Neymar. En face, Ranieri alignait une équipe solide en 5-3-2.

Après deux minutes où Nantes se positionne dans le camp parisien, ils vont alors être privés de ballon. Paris se met en route et leur maitrise technique fait très mal au pressing des canaris. Dès la 12ème minute, Cavani cherche Mbappé. L’international français laisse passer pour Di Maria qui ouvre le score.

Paris continue de donner le tempo de la rencontre, notamment grâce à l’activité et la justesse de ses trois milieux. Il s’en faut de peu pour que Di Maria ne double la mise au terme d’une action splendide. Au départ, Verratti trouve Mbappé. Ce dernier fixe et décale Rabiot qui en une touche trouve Di Maria au second poteau. On se demande encore comment l’argentin a envoyé le ballon. Sur la barre transversale.

A la pause, le PSG mène seulement 1-0, et c’est une aubaine pour les nantais. On attend surtout de voir comment les nantais vont gérer la fatigue après les efforts qu’ils ont en première période pour courir après le ballon.

Au retour des vestiaires, Nantes est plus haut, plus agressif, décidé à moins subir. Et ça marche. Pendant sept à huit minutes Paris ne sort plus. Malheureusement, les jaunes et verts manquent de justesse technique dans le dernier geste et n’arrivent pas à se créer de véritables occasions. Mais ils vont trouver le joueur qui va leur offrir cette passe décisive: Kurzawa. Le latéral parisien tergiverse et veut jouer vers Aréola. Sa mauvaise passe permet à Sala de se créer une occasion mais il est trop court pour égaliser. Paris a eu chaud et Kurzawa prouve, encore une fois, qu’il n’a strictement rien à faire dans cette équipe.

Sur un coup franc excentré, Sala va enfin trouver la faille, en tout cas, le croit-il. Mais le but va être refusé pour hors-jeu. Malheureusement, oui il y avait des nantais hors-jeu, mais pas Sala.

A la 68ème minute, Emery sort Cavani, transparent ce soir, pour Meunier. Un choix étrange puisqu’il implique de faire passer Mbappé dans l’axe, Alves grimpant d’un cran et donc Meunier latéral.

Alors qu’on pensait que les nantais s’écrouleraient, c’est eux qui finissent mieux le match, les parisiens semblant très fatigués à l’entame du dernier quart d’heure. Et Nantes continue de pousser mais toujours avec le même échec dans le dernier centre, la dernière passe. Les canaris mériteraient presque d’égaliser pour récompenser leur seconde période.

La seconde période va se terminer sur Le geste de la soirée. Diego Carlos va percuter Chapron qui va lui répondre en lui donnant un coup de pied. On va être cash: non seulement cet arbitre est nul, mais avec ce geste, il doit purement et simplement être radié du corps arbitral. En plus, sur ce geste involontaire, il va expulser Carlos. Une honte !!!

Paris s’impose 1-0 sans avoir rien montré. Les nantais peuvent avoir des regrets.

Quand on voit la seconde période des parisiens, notamment physiquement, on peut se poser des questions. Les parisiens ont-il poussé les séances depuis le retour des vacances et sont-ils dans le creux pour être prêts face au réal ? Ou alors, le manque de rotation d’Emery commence-t-il à se faire sentir ? Quand on connaît le calendrier du PSG jusqu’au match face aux espagnols, Emery ne va pas devoir se tromper dans les semaines qui arrivent.

A part ça, heureusement que la charnière Kimpembe – Marquinhos a tenu le choc, et que les trois milieux ont été bons ce soir. Kurzawa, a encore prouvé sa faiblesse, Di Maria a marqué puis disparu en seconde période. Cavani a été transparent. Quant à Mbappé, il a été plutôt intéressant mais il abuse de certaines actions, comme celle où il fait semblant de rentrer puis repartir extérieur pied droit et qu’il mise tout sur sa vitesse. Même face à Nantes, ce soir, une fois que Lima a compris, il n’est plus passé une seule fois. Enfin, que dire des changements d’Emery, si ce n’est qu’on n’y comprend toujours rien.

En face, Nantes pourra regretter d’avoir craint le PSG la première période. On ne saura jamais s’ils auraient été capables de tenir toute la rencontre en jouant plus haut, mais ils n’auraient surtout pas dû autant subir en première période.

Même si c’est un vrai collectif, et qu’il est difficile de sortir des individualités, Sala, pour sa combativité, ses courses, et surtout Rongier au milieu, ont quand même été au-dessus de leurs partenaires.

OM, grand gagnant du week-end

L’OM a donc fait la bonne opération du week-end. Mais surtout, il l’a fait avec la manière. Vainqueur à Rennes 0-3, les marseillais ont réalisé un match plein tant sur le plan défensif qu’offensif. Alors, on pourra toujours penser que si Mandanda n’avait pas fait les deux arrêts qu’il fallait en première période, le match aurait été différent. Mais je ne pense pas.

Avec Gustavo et Sanson au milieu, Garcia a enfin privilégié le jeu à la force (Anguissa) et ça a payé. Thauvin s’est même offert le luxe de manquer un penalty sans que cela ait de conséquence.

Quatrième à seulement un point de Monaco et Lyon, cet Om peut vraiment espérer faire quelque chose de très intéressant cette saison. Seule déception, une nouvelle fois, la prestation insignifiante de Payet.

En allant faire match nul à Montpellier, décidément intraitable à domicile face aux gros cette saison, Monaco ne s’est pas rassuré. Quand Falcao n’est pas là, il y a un vrai manque dans cette équipe qu’aucun joueur ou système ne peut combler.

La vraie contre-performance du jour est venue de Lyon. Tenus en échec sur sa pelouse, 1-1 par Angers, les lyonnais manquent l’occasion de passer seul deuxième du championnat.

Les autres résultats

Bordeaux et St-Etienne ont retrouvé le chemin de la victoire. Bordeaux à Troyes (0-1), dans un match sous tension pour l’avenir de Goruvennec. Les verts ce sont, eux, défait de Toulouse 2-0. Des toulousains désormais relégables.

Galtier s’offre sa première victoire avec Lille, à Caen (0-1). Nice continue sa remontée en s’imposant face à Amiens 1-0.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.