Paris enchaine

Paris s’impose en Turquie (0-1) au terme d’un match globalement maitrisé. Le manque d’efficacité, notamment de Di Maria, aurait pu coûter cher. Heureusement, défensivement, le PSG a été très solide.

En pénétrant sur la pelouse de Galatasaray, le PSG connaissait le résultat nul du Réal à domicile face à Bruges (2-2). Pour cette rencontre, Tuchel aligne donc la même équipe que face aux espagnols au Parc des Princes. Mbappé est donc sur le banc. En face, les turcs alignent une défense à cinq.

Le début de rencontre des parisiens est plutôt bon et ils se créent même la première occasion par Di Maria, bien servi par Verratti. Puis, doucement, le match s’équilibre. Paris est moins dangereux et Galatasaray est plus présent dans les duels, dans les impacts.

Les joueurs de Tuchel manquent de vitesse dans les transmissions et il y a trop de déchets techniques pour un match de ce niveau. Malgré tout, Paris a plus le ballon et n’est pas en danger.

Mais comme prévu, les joueurs de Terim prennent confiance et le dernier quart d’heure est presque à leur avantage. Ils ont fait monter leur bloc et gênent considérablement les sorties de balle parisienne. La première période se termine sur ce score de 0-0 et elle est plutôt décevante côté PSG.

Au retour des vestiaires, les trucs reviennent sur le terrain avec plus d’envie encore. Ils pressent, avancent et obtiennent un très bon coup franc. Seri le frappe directement mais Navas veille et boxe le ballon. Cet avertissement semble réveiller les parisiens. Verratti lance parfaitement Di Maria qui échoue seul face à Muslera. Deux minutes plus tard, l’argentin lance Sarabia dans la surface qui fixe le gardien et sert parfaitement Icardi qui ouvre le score.

Le match s’anime enfin. Falcao se défait de Kimpembe, trompe Navas mais Marquinhos sauve sur sa ligne.

Icardi un premier but qui compte

Les turcs poussent, Paris souffre. A l’heure de jeu, Icardi laisse sa place à Mbappé. Pendant trois –quatre minutes, les partenaires de Silva sont enfin plus haut et ils récupèrent enfin les ballons dans la camp des stambouliotes. Mais ça ne dure pas. De nouveau, les turcs remettent de l’impact et obligent les parisiens à reculer. Tuchel décide alors de remplacer le passeur décisif, Sarabia, pour faire entrer Choupo-Moting.

Le match baisse un peu d’intensité. Ca convient mieux au PSG qui se crée des situations et qui manque par deux fois de tuer le match, notamment sur cette frappe de Mbappé que Muslera sort en corner. Les turcs restent tout de même dangereux en contre mais sur la plupart des centres, Silva est impérial. Comme à la 82èmeminute, sur ce centre de Feghouli devant le but où il est encore là pour sortir le ballon de la tête.

Herrera remplace Di Maria pour la grosse dizaine de minutes restantes. Paris se réorganise en 5-3-2. Marquinhos descend en défense, Gueye – Verratti – Herrera au milieu et Choupo-Moting – Mbappé en pointe.

La fin de match ressemble à un match à l’ancienne. Les turcs envoient de longs ballons dans la surface. Mais les parisiens, Silva et Marquinhos sont imprenables dans les airs. Paris s’impose 0-1 et fait un grand pas vers la qualification.

Le match du PSG est étrange. Pas forcément maitrisé, les temps forts de Galtasaray ont fait reculer le bloc. Malgré cela, le club de la capitale aurait du se mettre à l’abri par Di Maria ou Mbappé et s’éviter une fin de rencontre un peu stressante.

Le milieu de terrain parisien a montré son importance. La meilleure période parisienne va coïncider avec la montée en puissance du trio Marquinhos – Verratti – Gueye. En revanche, les latéraux parisiens ont beaucoup moins apporté qu’habituellement et avec beaucoup de déchets notamment du côté de Meunier.

Paris, après deux journées, a déjà relégué le Réal et Galatasaray à cinq points et Bruges à quatre. Il n’a pas encaissé de but et a montré une vraie implication collective dans le travail défensif. Prochain rendez-vois dans trois semaines à Bruges pour pratiquement valider la qualification.

Navas: 6. Peu sollicité, il a bien fait ce qu’il avait à faire, notamment sur le coup franc de Seri

Meunier: 5. Trop de déchets offensivement.

Silva: 8. Un nouveau match énorme pour la capitaine parisien.

Kimpembe: 6. Plutôt solide dans les duels, il a quand même été pris à défaut quelques fois par Falcao.

Bernat: 5,5. Match sérieux mais très peu d’apport offensif par rapport à d’habitude.

Marquinhos: 7. Encore impérial dans son rôle devant la défense tant défensivement que techniquement.

Verratti: 6,5. Du déchet mais de vraies passes qui auraient dû être décisives si Di Maria les avaient converties.

Gueye: 6. Présent à la récupération, il a été moins juste dans ses choix de jeu vers l’avant que face au Réal.

Di Maria: 5,5. Il s’est créé des occasions mais il aurait dû permettre au PSG de se mettre à l’abri.

Icardi: 6. Un but capital, son premier sous le maillot parisien.

Sarabia: 6. Il manque de puissance, de vitesse, mais il fait les efforts. Il est récompensé de son abnégation avec sa passe décisive sur Icardi.

Mbappé: Une entrée intéressante qui a permis de faire reculer Galatasaray, sûrement par peur de voir partir le français dans les espaces.

Choup-Moting: Une entrée qui a soulagé son équipe dans sa manière de conserver le ballon. Il aurait pu être passeur décisif si Mbappé avait converti son occasion.

Herrera: Entré pour renforcer le bloc mais trop peu de temps pour être jugé.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.