Paris fait le boulot

En s’imposant 3-0 face à Nice, le PSG reprend sa course en avant en tête de la ligue 1. Nice va vivre une saison compliquée.

Paris retrouvait le Parc des Princes, après son choc raté à Marseille, pour la réception de Nice. Le moins qu’on puisse dire, c’est que les déclarations de Meunier, Alvès et Mbappé, qui ont banalisé la rencontre, ont fâché les supporters. Ils leurs ont fait savoir avec une banderole:  » Clasico pris à la légère, supporters en colère ».

Face à Nice, Emery est privé de Motta blessé, et Neymar suspendu. Alvès est de retour à droite, Kimpembe remplace Marquinhos dans le roulement régulier, Berchiche prend la place de Kurzawa, enfin. Au milieu, c’est Draxler qui sera le troisième avec Rabiot et Verratti, et devant, c’est Di Maria qui remplace numériquement Neymar.

En face, Favre décide de venir défendre à cinq et de jouer avec le seul Balotelli en pointe, soutenu par Sneijder. De plus, Cardinale se blesse à l’échauffement et est remplacé par Benitez. Le problème quand vous décidez de jouer comme ça, c’est que si vous prenez un but en début de rencontre, ça fout en l’air vos plans. Et Cavani va détruire les plans niçois. Un coup franc excentré côté gauche tiré par Di Maria au premier poteau, Cavani qui plonge et ouvre le score de la tête. 1-0.

Après quinze minutes moyennes où le PSG ne presse pas vraiment, et défend assez bas, les parisiens vont enfin avancer, notamment grâce à l’agressivité d’Alvès, qui a tant manqué à Marseille, mais aussi aux déplacements de Draxler, Cavani et Di Maria. Seule une frappe de Balotelli vient troubler la quiétude parisienne.

Le pressing est de plus en plus efficace et les parisiens récupèrent les ballons de plus en plus vite. Nice n’arrive pas à sortir. Juste après la demi-heure de jeu, bien servi par Di Maria, Cavani, encore lui, devance la sortie du gardien niçois et inscrit son deuxième but de la soirée. 2-0. C’est le score à la pause.

Au retour des vestiaires, Paris maintient sa domination avec l’envie de se mettre à l’abri et de ne pas laisser les niçois espérer revenir dans le match. Sur un très bon centre au deuxième poteau de Berchiche, Cavani remise de la tête vers Di Maria. Alvès, Dante et l’argentin se jettent mais c’est le brésilien de Nice qui marquer contre son camp. 3-0 après 53 minutes. C’est peut-être le moment de donner du temps de jeu à certains et de faire souffler d’autres au vu des échéances qui arrivent et des matchs qui s’enchainent.

Nice souffre. Sur une accélération de Draxler, l’allemand sert Mbappé. Le ballon arrivant un peu fort pour que l’international français puisse le redresser et marquer.

A la 65ème minute, Emery sort Rabiot pour Lo Celso, enfin. Pendant ce temps, Favre fait du changement poste pour poste, plus par nécessité que par conviction. A dix minutes de la fin, Mbappé est remplacé par Pastore.

Même les contre-attaques niçoises sont mal jouées. Et comme si ça ne suffisait pas, sur l’une d’entre elles, Saint-Maximin, qui venait d’entrer, se blesse derrière la cuisse. Les trois changements ayant déjà été effectués, les niçois finiront à 10. Quand ça ne va pas, ça ne va pas.

Paris s’impose 3-0 et continue sa course en tête de la ligue 1.

Ce soir, Paris a fait le boulot face à une équipe de Nice en souffrance cette saison. Marquer vite leur a permis de ne pas laisser Nice prendre confiance. Alvès a de nouveau montré pourquoi il était important. En plus de ses qualités de joueur, il montre une envie qui déteint sur ses partenaires. Au milieu, Verratti et Rabiot ont été disponibles et justes alors que Draxler a été excellent. L’allemand est quand même d’une élégance rare, avec des prises de balle toujours dans le sens du jeu, des déplacements dans les intervalles et entre les lignes. Mais surtout, son jeu est tourné vers l’efficacité, il n’y a pas de superflu. Il mérite vraiment plus que le temps de jeu qui lui est offert ces derniers temps.

Di Maria a eu du déchet, comme d’habitude, mais il a permis à Cavani d’inscrire deux buts. C’est déjà ça. Et sa seconde période a été plutôt intéressante. Cavani a donc continué sur sa lancée, marquant, se déplaçant, défendant. Bref, du Cavani. Enfin, Mbappé, a été décevant dans un match facile. Il paraît que je m’acharne donc je ne vais pas en dire plus. C’est juste dommage pour lui qu’il ait tiré sur le montant extérieur lors de sa percée solitaire en seconde période. Lo Celso a de nouveau prouvé qu’au lieu de mettre Alvès au milieu à Dijon, deux jours après être revenu d’un voyage avec le Brésil, Emery aurait du l’aligner. Il mériterait un peu plus de confiance de la part de son entraineur.

En face, Nice était trop limité. Et dire que cette équipe n’avait pas perdu contre le PSG la saison dernière… Que c’est loin tout ça !!! Comme, en plus, ils n’ont pas la réussite et la confiance de la saison dernière, ça va mal. La défense, qu’elle soit à quatre ou cinq, comme ce soir, n’y est pas. Il y a les erreurs du gardien, les erreurs de placement, le manque de vitesse. Bref, trop de lacunes aujourd’hui pour une équipe qui a besoin de certitudes. Au milieu, Seri manque terriblement. Sneijder est mieux physiquement que lors de son arrivée, mais on a l’impression qu’il ne trouve toujours pas sa place. Enfin, Balotelli est toujours ce joueur irrégulier, qui n’est vraiment présent dans la rencontre. Quand il marque, ça sauve ses matchs, mais quand il ne marque… Nice est en train de s’enfoncer vers une saison galère et compliquée. Il va vite falloir sortir de cette mauvaise spirale.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.