Paris gifle Madrid

Paris a réussi une superbe entrée en ligue des champions en battant le Réal Madrid (3-0). Une prestation aboutie face à un faible Réal.

C’était une rentrée attendue. Sorti de la ligue des champions, piteusement, par United, la saison dernière, le PSG recevait le Réal Madrid pour son premier match de poule. Pour cette première, Tuchel décidait de titulariser Kimpembe, d’aligner Marquinhos au milieu et Icardi en pointe.

La première chose à laquelle on a pensé, c’est pourquoi Kimpembe maintenant, alors qu’il a si peu joué depuis le début de saison, et pourquoi Marquinhos au milieu, alors que l’allemand a désormais le choix dans ce secteur de jeu.

En face, Zidane aligne Hazard – Benzema – Bale en attaque, et un milieu composé de Casemiro – Kroos – James. Les madrilènes étant privés de Ramos, leur leader.

Le début de rencontre n’est pas fou, les deux équipes cherchant à voir ce que veut faire l’autre. Ce qui est sûr, c’est qu’on a vraiment l’impression de voir le PSG avec ce superbe maillot vintage qui tranche avec les maillots Jordan de la saison dernière.

En tout cas, à ce moment du match, les parisiens perdent un peu trop rapidement le ballon mais ils se replient assez vite pour ne pas être en danger.

L’entraineur allemand demande alors à son équipe de prendre le temps de faire tourner, d’arrêter de se précipiter. Ses joueurs vont l’écouter et sur leur première vraie possession, ils vont trouver Icardi qui va dévier subtilement pour Bernat qui va trouver Di Maria en première intention. L’argentin va frapper au premier poteau et ouvrir le score. 1-0.

Paris prend confiance et les trois du milieu, bien aidés par Sarabia et Di Maria, récupèrent beaucoup de ballons.

A la demi-heure de jeu, sur un une-deux, Gueye réalise un superbe geste pour contrôler et servir Di Maria. L’argentin enchaine contrôle – frappe à une vitesse exceptionnelle et marque au ras du premier poteau de Courtois. 2-0.

Juste après, Bale va réaliser un magnifique enchainement et inscrire un but somptueux sur un lob. Mais sur l’action, le ballon va toucher sa main et avec la nouvelle règle qui veut que sur un but inscrit, si le ballon touche une main, il est automatiquement refusé, le but va être invalidé après intervention de la VAR. A la pause, Paris mène logiquement 2-0.

Paris est bien en place et n’est pas mis en danger par des madrilènes bien trop tendres. Il ne manque aux parisiens qu’un troisième but pour plier définitivement le match. Malheureusement, une nouvelle blessure va venir ternir le tableau. Marquinhos, en défendant sur Hazard, sur un appui, va sembler se blesser au mollet. Il est remplacé par Herrera.

Un Gueye XXL

Le match se tend un peu. Les madrilènes se voient refuser un nouveau but pour un hors-jeu et sont tout près de réduire l’écart par Benzema. Mais ce Réal est à l’image de ce qu’il fait depuis le début de saison: peu de jeu, des exploits individuels qui sauvent l’équipe, mais une animation collective très faible.

Dans le temps additionnel, Paris va alourdir la marque. Meunier intercepte et donne à Di Maria. Le belge poursuit son action et, couvert par Varane, s’en va vers le but. Il sert Bernat, qui va fixer Courtois et resservir Meunier qui inscrit le troisième but de son équipe.

Paris s’impose 3-0 en réalisant une prestation collectivement aboutie.

Le résultat valident les choix de Tuchel. Kimpembe aura quand même montré quelques limites, notamment avec le ballon, avec des prises risques dangereuses et inutiles. Meunier aura montré qu’il mérite mieux que d’être la doublure de Kehrer et Bernat aura été propre et décisif. Au milieu avant sa sortie, Marquinhos aura été parfait défensivement et dans es orientations de jeu. Verratti a été bon bien soulagé dans son abattage et dans la relation milieu – attaque par un énorme Gueye. Le sénégalais aura montré pourquoi le PSG le voulait déjà il y a six mois. Devant, Icardi aura montré que c’est un vrai joueur de foot par ses déviations, ses prises de balle, malgré un déficit athlétique évident, lui qui n’a presque pas joué depuis le mois de mai dernier.

Sarabia aura été intéressant. Même s’ll manque un peu de puissance, il pourra être important en joker ou dans la rotation. Enfin, sûrement l’homme du match (avec Gueye ?), Angel Di Maria était en mode ligue des champions. Auteur de deux buts et de gestes de grande classe, l’argentin a montré qu’il avait sa carte à jouer en attaque, même quand Neymar, Mbappé et Cavani seront de retour.

Le match de Paris, aussi bon soit-il, on doit le minimiser malgré tout. Parce que c’est une première journée. Parce que le PSG a déjà battu le Barça, le Bayern ou Liverpool en phase de poule. Parce que ce Réal est dramatique. Mais ça n’enlève pas le reste car il manquait aussi du monde côté PSG. D’ailleurs, le message pour les absents est clair: quand les joueurs jouent ensemble, les uns pour les autres, les uns avec les autres, ça change tout.

Pour le Réal, transparent, les jours à venir vont commencer à être tendus pour Zinedine Zidane.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.