Paris sans forcer

Paris s’impose facilement 5-0 face à Anderlecht. Leader du groupe, ils ont, en plus, proposé du spectacle.

Paris recevait donc Anderlecht, pour cette 4ème journée des poules de la ligue des champions, avec l’objectif de conserver la première place du groupe avant de recevoir le Celtic et de se rendre à Munich. Alors qu’on attendait Mbappé sur le banc, Emery a pris son courage à deux mains et… il l’a titularisé, tout comme l’équipe classique et sans surprise. Il a même osé titulariser le nullissime Kurzawa, c’est dire s’il est courageux l’entraineur parisien. Ce sera donc Aréola, Alvès – Silva – Marquinhos – Kurzawa, puis Verratti – Rabiot – Draxler, qui remplace numériquement Motta, et Neymar – Cavani – Mbappé en attaque.

Le PSG démarre fort avec une première occasion après trente secondes de jeu. Mbappé sert parfaitement Neymar, mais le brésilien tire sur le gardien. Paris a la possession mais joue tranquillement, sans vitesse, sans intensité. D’ailleurs, les belges en profitent légèrement mais n’attaquent pas en nombre pour être dangereux.

Par séquence, les parisiens montent le rythme et on sent qu’à tout moment, ils peuvent ouvrir le score. Tour à tour, ce sera Neymar, Draxler, Mbappé et Cavani qui vont manquer d’efficacité dans le dernier geste pour donner l’avantage aux parisiens.

Les parisiens sont mieux ce soir, ça combine plus que les dernières rencontres, ça recherche moins la percussion individuelle, et même Neymar revient défendre à la perte de balle, c’est dire.

Celui qui va ouvrir le score est inattendu. Mbappé trouve Neymar qui redonne au français. Ce dernier trouve Verratti côté gauche. Le petit italien effectue un crochet de l’intérieur du gauche puis enveloppe le ballon pied droit. 1-0.

Dans le temps additionnel de la première période, Draxler joue un corner à deux avec Neymar. Le brésilien repique vers l’axe et frappe fort. Boeckx ne peut qu’effleurer le ballon mais sans l’empêcher de rentrer. 2-0.

C’est le score à la pause. Les belges essaient de sortir mais c’est trop compliqué et ça manque de nombre pour attaquer. En face Paris domine sans trop forcer. A défaut d’une grande prestation, les joueurs d’Emery offrent un match sérieux et un peu plus collectif que ces dernières semaines.

Pas de changement à la reprise, normal de la part d’un coach qui ne fait pas de coaching avant la 89ème minute (j’exagère à peine). Paris continue sa domination sans puiser dans ses réserves. Après une occasion où Neymar va voir son tir dévié par le talon d’un défenseur belge, le brésilien va envoyer un coup franc sur le poteau. Kurzawa va suivre et inscrire le troisième but parisien. Evidemment, quand on est aussi nul que l’ancien monégasque, et qu’on est quand même arrogant, on fait signe aux gens de se taire après avoir marqué. Mais quand est-ce que dans ce pseudo grand club quelqu’un va prendre la décision de le dégager ? Parce que même en marquant, c’est le joueur le plus nul côté parisien, et de très loin.

Evidemment, à 3-0 dès la 55ème minute, on se dit que c’est le moment pour Emery de faire tourner, de reposer certains et de donner du temps de jeu à d’autres… Heureusement, à la 63ème minute, il se décide enfin à lancer Lo Celso et Di Maria à la place de Mbappé, encore très moyen ce soir, et Verratti, très bon.

Paris va aggraver le score. Au départ, un superbe ballon de Neymar vers Alvès. Le latéral centre de volée et c’est Kurzawa, au second poteau, et d’une tête plongeante, qui inscrit le quatrième but parisien et son deuxième de la soirée.

Et ce n’est pas fini. Sur une belle action démarrée côté droit et qui va se terminer à gauche, c’est de nouveau le latéral gauche parisien qui va, d’une frappe croisée au sol, inscrire le cinquième but et son troisième personnel.

Avec cette victoire (5-0), Paris continue sa course en tête dans cette poule et va donc recevoir le Celtic avant d’aller jouer la première place au Bayern.

Les parisiens n’ont pas eu à forcer leur talent, les belges avaient annoncé avant la rencontre que pour eux, ce n’était pas une priorité. Le point positif, c’est qu’on a vu un PSG qui même à 5-0 continuait d’attaquer et de vouloir inscrire des buts. C’est assez rare pour être souligné.

On aura quand même aimé le match de Verratti, très bon ce soir, avec à ses côtés un excellent Rabiot qui avait donc coché ce match dans la liste de ceux qu’il avait envie de jouer. Draxler, qui auteur d’une belle prestation. L’allemand est un bon plan B dans cette position, mais je pense vraiment que quand le niveau s’élèvera, il sera trop juste à ce poste de troisième milieu. Neymar a plus bougé même s’il a continué à rechercher un peu trop souvent Mbappé. Cavani a, comme d’habitude, multiplié les courses, notamment pour venir défendre, mais a de nouveau été régulièrement ignoré par ses deux compères de l’attaque. Mbappé a été un peu mieux que lors des dernières rencontres, mais il fut quand même très moyen avec du déchet et aucun travail défensif.

Comment ne pas finir sur Kurzawa ? Nul défensivement, nul offensivement, catastrophique techniquement, il s’est permis de faire « chut » après son premier but. Mais c’est qui ce mec ? Il n’y a pas un boss dans ce club pour lui dire: « non seulement tu vas te comporter autrement, mais avec tes prestations, c’est toi qui vas te la fermer un peu ». Qu’attend Emery pour le mettre à l’écart une fois pour toute ? Tout le monde voit qu’il est nul, arrogant, irrespectueux. La seule personne qui devrait s’en rendre compte, c’est Emery, et apparemment, c’est le seul à ne pas le voir.

Paris sera à Angers, samedi à 17H avant la mini-trêve internationale.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.