Paris, une saison cauchemar

Huit ans après le début du projet, le PSG ne progresse plus. Pire, il régresse. Analyse.

C’est la huitième saison que les qataris sont là. Après trois années à ne pas se tromper sur les joueurs, à progresser sur le plan national et européen, le PSG n’avance plus. Dans l’état d’esprit, dans le recrutement, dans la communication, dans la formation ou le choix des hommes, le club de la capitale multiplie les erreurs.

Formation, recrutement, rien ne va

Ce devait être un axe fort du travail avec un objectif fixé: trouver le Messi parisien. Force est de constater que c’est un échec.

Le formation au PSG, c’est de la formation classique française: du costaud, du rapide, du joueur plutôt bon individuellement mais sans intelligence de jeu et avec le doigt bloqué sur R1 (pour ceux qui jouent avec la manette en mode PES !!!). Certes, plusieurs joueurs formés au club évoluent en ligue 1 ou à l’étranger dans des clubs moyens, mais très peu ont le niveau pour évoluer au plus haut niveau européen. Normal quand on ne joue que pour gagner et pas pour former…

Mais il y a aussi une autre explication. Le centre de formation est dirigé par une personne, puis par une autre, sous prétexte de mode espagnol, puis retour de celui qui s’est fait virer deux ans avant, puis ce sont des portugais amenés par Antero Henrique qui dirigent… Bref, il n’y a ni continuité, ni cohérence. Un désastre.

En ce qui concerne le recrutement, depuis Leonardo, c’est une catastrophe. Motta, Silva, Zlatan, Verratti, Maxwell, Cavani, Marquinhos, entre autres, c’était Leonardo. Puis, les erruers ont commencé à se multiplier: Cabaye, Stambouli, Kurzawa, Krychowiak, Aurier, et aujourd’hui Kehrer, Choupo-Moting, ou Paredes. Le problème, c’est que quand le PSG se trompe, ça coute cher. Cette année, juste entre Paredes et Kehrer, il y a plus de 80M€ de transfert, plus des salaires d’environ 10M€ par an à eux deux, plus des contrats longue durée.

Comme il n’y a pas de ligne directrice, on prend des joueurs pour prendre des joueurs. Paredes, peut-être qu’il sera bon la saison prochaine, pourquoi pas. Mais aujourd’hui, il n’est pas bon. A quoi bon avoir fait venir ce joueur dans l’urgence ?

Paris doit penser différemment et arrêter de surpayer. Le Zénith ne veut pas lâcher l’argentin à 30M ? Tant pis, il ne faut pas le faire signer. L’argentin veut plus que le salaire proposé ? Il faut stopper les négociations. Parce que tout le monde sait qu’avec le PSG on peut se gaver, les prix explosent. Au prochain mercato, c’est Naples qui va faire exploser le prix d’Allan et le joueur qui va demander 10M€ par an avec un contrat de cinq ans ? Ce n’est plus possible.

Des joueurs trop faibles mentalement

Tout le monde pensait que la remontada, ça n’arriverait qu’une fois. Mais le PSG a réussi l’exploit d’en créer une deuxième face à United. Etre éliminé par une équipe qui ne se crée aucune occasion, il fallait le faire. Pourquoi l’équipe est-elle si fébrile dans ces matchs à gros enjeu ? Très simplement parce qu’elle n’a ni caractère, ni leader.

Quand Di Maria explique, dans le CFC, qu’entendre chaque saison qu’ils n’arrivent pas à passer les huitièmes, ça ajoute de la pression, on croit rêver. Dans un précédent papier, j’avais expliqué que les médias ont une influence sur le comportement des joueurs. Il y en a que ça motive, qui élèvent leur niveau, et il y en a, comme ceux du PSG, que ça bloque. Parce que je le répète, les joueurs sont des êtres humains et ils lisent et écoutent ce qui se dit sur eux, et que ça a une influence.

J’avais dit, après le 6-1 de Barcelone, qu’il fallait changer 70% de l’effectif parce que ceux qui ont vécu ce match s’en souviendront à chaque match important. Après United, je dis que si Paris ne change pas son effectif, il n’avancera plus.

Ensuite, il y a le comportement des joueurs sur toute la saison. Là aussi, il y a des choses insupportables. Voir Neymar jouer tous les matchs en entier, même quand l’équipe mène 5-0, c’est une erreur. Voir Mbappé changer son comportement sous prétexte qu’il veut montrer que lui aussi sait faire ceci ou cela, c’est insupportable. Revoyez l’attitude du français contre United, après l’égalisation, regarder le public d’un air de dire « alors, vous voyez !!! » et vous comprendrez pourquoi, s’il veut atteindre le très haut niveau, il doit partir.

Et toutes les blessures, qui arrivent chaque année à la même époque, c’est aussi le mental. La pression, ça joue sur les muscles. Et comme par hasard, avant et après les huitièmes de finale, Paris est souvent privé de deux voire plus de ces meilleurs joueurs. Et ce n’est ni anodin, ni le hasard.

Le club doit changer

Pour réussir ce virage, Paris doit changer en profondeur. Non, le PSG ne doit pas faire signer professionnel un paquet de jeunes juste pour se dire « on ne va pas les perdre ». Ils veulent partir, alors bon vent.

Non, le PSG ne doit plus donner dans la surenchère. D’ailleurs, ça pourrait aussi leur permettre de prendre des joueurs de clubs, de collectifs, moins stars mais tellement plus efficaces dans les grands matchs. Chelsea a remporté la ligue des champions l’année où elle avait sûrement le moins bel effectif mais l’année, sûrement, où les joueurs présents avaient le plus envie de se battre les uns pour les autres sur le terrain.

Le PSG doit changer sa communication. Un joueur en fin de contrat qui ne veut pas resigner ne doit pas être écarté. Mais si le club prend tout de même cette décision, il n’a pas à en informer les médias. Neymar veut aller se faire plaisir au carnaval de Rio ? Ok, mais à l’image de ce qu’avait fait Cruyff avec Romario, le club l’autorise si le brésilien remplit les objectifs.

Enfin, dans la mise en place des hommes, le club doit avoir une vraie ligne directrice. Henrique arrive et il met une colonie de portugais au centre de formation. Quand il partira, le suivant, s’il est espagnol, fera la même chose. Ce n’est plus possible.

Le club devrait même penser à revoir son slogan: Rêvons plus grand. A l’instar de l’OM et son « champion’s project », ce genre de slogan, s’il ne fonctionne pas, devient alors sujet à toutes les moqueries. Et si le club possédait des personnes compétentes, il saurait qu’on n’obtient pas des résultats grâce à un slogan… Mais sûrement qu’on peut créer un slogan grâce à des résultats.

Depuis Leonardo, le club n’a plus eu un directeur sportif compétent, que ce soit Letang ou Henrique. Après deux ans au club, quel joueur le portugais a-t-il fait venir et qui apporte une plus-value ? Allez, on va dire Bernat, mais ce n’était pas difficile de trouver mieux que Kurzawa et Berchiche, mais après ?

Les résultats, Tuchel

Un club qui a dépensé autant ne peut pas se permettre d’avoir des résultats européens si décevants. Ok, cette saison, Paris est sorti d’une poule plus relevée que les autres années mais en ne battant pas Naples et en s’inclinant à Liverpool. Depuis sept ans, Paris n’a pas gagné à Madrid, à Barcelone, à Liverpool, à Arsenal, à Porto, à Benfica, à City, à Naples.

Les résultats nationaux ? Champions de France six fois en huit ans, c’est juste le minimum, et encore, quand on voit l’adversité d’un championnat où le deuxième est à 17 points et le troisième à 24.

Tuchel, arrivé cette année, avait fait des choses différentes. Pour une fois, le PSG n’était pas figé dans un seul schéma de jeu. En début de saison, il avait lancé des jeunes, et c’était plutôt intéressant. Mais voilà, comme les autres, au moment clé, il a sombré.

Je veux bien que l’élimination face à United soit du à un penalty imaginaire à la dernière minute. Mais qu’a fait l’équipe, avant cette 91èmeminute, pour ne pas se retrouver dans cette situation ? Rien.

Pas de mise au vert avant ce match, pourquoi pas. Mais alors dans un club sûr de sa force, pas dans un club qui tremble à chaque match retour de ligue des champions.

Même si Paris remporte la coupe de France (et c’est loin d’être fait), l’allemand sera l’entraineur de la pire saison du club de l’ère qatari, en dehors de la première. Etonnant quand on entend les commentaires positifs depuis le début de saison. Il sera aussi celui qui a fait venir Kehrer pour 35M€ et qui l’a aligné à chaque match, joueur qui a couté une partie de l’élimination face à United avec cette offrande pour Lukaku dès la première minute. Il sera celui qui a fait venir Choupo-Moting à près de 4M€ par an pour mettre de l’ambiance dans le groupe. Ces deux joueurs ont le même agent allemand que Julian Draxler… Etrange !!! En tout cas, ça fait cher l’ambianceur. Je connais un paquet de mec beaucoup moins cher et qui, en plus, savent jouer au foot, au cas où.

D’ailleurs, ses conférences de presse, qui étaient très intéressantes pendants cinq moins, le sont beaucoup moins aujourd’hui, surtout quand il se plaint de son effectif, déclarations qui ne sont faites que pour rejeter la faute sur Henrique et se protéger des critiques. Bref.

En fin de compte, les maux sont toujours les mêmes, les résultats aussi. Les dirigeants parisiens vont devoir arrêter les calins, le copinage, et se mettre au travail pour recruter des vrais joueurs capables d’amener un vrai plus à l’équipe. En fait, Paris va devoir choisir, ponctuellement en tout cas, entre le business et le sportif.

Par exemple, des fois, il vaut mieux un Ronaldo vieillissant qu’un Neymar. Parfois, il vaut mieux un Diego Costa qu’un Mbappé. Evidemment, en terme de football, il n’y a pas photo entre les deux. Mais dans une équipe qui manque de caractère, le premier aurait peut-être été plus important que l’autre, à ce moment du projet. Et je ne parle pas que des attaquants. Parfois, il vaut mieux un Chiellini qu’un Tiago Silva, quand le premier mettrait la tête là où le second ne mettrait pas le pied.

Finalement, j’aurai pu faire un copier-coller des papiers écrits depuis quatre ans au même stade de la saison. Peut-être que le PSG doit simplement et arrêter de rêver et remettre les pieds sur terre.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.