Priorité à la défense, pourquoi pas à l’attaque ?

Neuf fois sur dix, quand il y a un changement d’entraineur, le discours qui revient c’est de dire « il faut d’abord se rassurer défensivement ». Pourquoi personne, ou presque, ne tient le discours inverse ?

C’est chaque fois le même discours qui revient. Quand un coach reprend une équipe en cours de saison, souvent en difficulté au classement, la première chose qu’il dit c’est « on va d’abord essayer de retrouver de la confiance, ne pas prendre de but ». Pourquoi pas. Le problème, c’est pourquoi personne n’a jamais pensé à faire l’inverse.

Le football, c’est du plaisir, du jeu, gagner des matchs. Quand vous êtes en difficulté, souvent, il y a aussi un manque de confiance. Ce dernier rejaillit sur plusieurs éléments : la perte de confiance en vos qualités, la peur de tenter. Mais il agit sur autre chose. Les joueurs se disent « si on prend un but, on est mort ». Pourquoi ? Parce que le manque de confiance leur fait rater les occasions qu’ils se créent, mais aussi parce qu’on leur met dans la tête que s’ils ne prennent pas de but, ils ne perdront pas.

Quand vous êtes en difficulté, vous avez besoin de retrouver du plaisir, du jeu, de marquer des buts. Entendre un entraineur vous dire « d’abord, il ne faut pas prendre de but. Donc on va renforcer la défense, les milieux vous restez en place et devant, les deux attaquants, vous vous débrouillez », qui peut être motivé par ce discours ?

Vaut-il mieux avoir une meilleure attaque ou une meilleure défense ?

Pour donner un exemple sur la différence entre la défense et l’attaque, il suffit de regarder les classements. Montpellier est 16ème défense de ligue 1 et Brest 18ème. Au classement général, les héraultais sont 8ème et les bretons sont 12ème.

Personne ne dit qu’il ne faut pas défendre. Personne ne dit qu’il ne faut pas bien défendre pour pouvoir bien attaquer. Et personne ne dit que bien défendre ne sert à rien. Mais l’idée de repartir en ne misant que là-dessus est une énorme erreur.

Pourquoi ne pas imaginer qu’une équipe dans le trou, avec un discours positif, dans lequel on dirait « on va prendre des buts, mais on va tout faire pour en marquer un de plus que l’adversaire » ne s’en sortirait pas ? Quand une équipe est dans le doute, qu’elle n’y arrive, dès qu’elle prend un but, c’est la fin du monde, parce qu’elle se sait incapable, ou presque, de marquer. Pourquoi ne pas se dire alors que si elle sait qu’elle est capable de marquer, le fait de prendre un but ne lui fera plus autant de mal ?

L’autre raison est mathématique. Sur 10 matchs, si vous faites 5 nuls 2 victoires et 3 défaites, vous avez 11 points et pourtant vous n’avez perdu qu’un de vos 10 derniers matchs. Si vous perdez 6 matchs, et que vous en gagnez 4, vous avez 12 points. Ne vaut-il pas mieux alors tout faire pour aller les gagner ?

La dernière raison est mentale. Comment changer de philosophie ? Comment expliquer à des joueurs qu’ils ne prennent pas de but dans ce système mais que désormais, il faut évoluer ? Les joueurs aiment avoir des certitudes. S’ils changent, qu’ils encaissent un but et perdent le match, l’impact est alors terrible.

Changer les idées reçues

Quand Nîmes est remonté en ligue 1, ils avaient continué à jouer avec la même folie qu’en ligue 2. Résultat ? Ils ont pris des buts mais ils en ont marqué assez pour se maintenir. Cette saison, ça va moins bien. Le coach a été remercié et les nîmois cherchent d’abord à stopper l’hémorragie de buts encaissés. Résultat ? Ils ne gagnent plus du tout et sont bons derniers. Autre exemple, Lens n’est que 13ème défense et 7ème attaque et ils sont 9ème du classement. Pendant ce temps, Nice est 8ème défense mais 13ème attaque. Classement ? 13ème de ligue 1.

Ca vaut aussi en haut du classement. Marseille et Lille ont une meilleure défense que Lyon, mais une moins bonne attaque. L’OL est en tête du classement alors que Lille est 3ème et Marseille 6ème (avec deux matchs en moins) mais serait derrière même les remportant.

Il y a des choses qui sont ancrées dans l’imaginaire de notre football. Évidemment, si vous pouvez avoir et une très bonne défense et une très bonne attaque, c’est l’idéal. Mais à choisir, et contrairement aux idées reçues, il vaut mieux avoir une meilleure attaque qu’une meilleure défense.  Il serait temps d’en prendre conscience.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.