PSG: Et après ?

Le PSG a donc réussi l’exploit de s’incliner en finale de la coupe de France, face à Rennes (2-2, défaite aux tirs aux buts), après avoir mené 2-0. Le club a touché le fond, mais la suite, c’est quoi ?

Il n’aura manqué que le but de la victoire marqué par Ben Arfa pour mettre la cerise sur le gâteau. Le PSG, après avoir mené 2-0 après à peine plus de vingt minutes de jeu, a donc trouvé le moyen de laisser les rennais revenir dans le match puis les battre aux tirs aux buts. Une victoire aurait juste limité la casse. Avec cette défaite, c’est la pire saison de l’ère qatari, et ce, dans tous les domaines du club.

Au niveau des résultats, le PSG n’est donc que champion et aura laissé échapper la coupe de France et la coupe de la ligue. En ligue des champions, c’est une élimination pitoyable face à un United nullissime, dès les huitièmes de finale, qui a clôturé la saison européenne du club.

La déception Tuchel

Le football a ça de magique que vous pouvez être le meilleur pendant des semaines et finir par être considéré comme un entraineur quelconque à la fin de la saison.

Si on avait fait le bilan de l’entraineur allemand au 31 décembre, il y aurait eu zéro critique. Tout allait bien. Le PSG était capable de jouer dans plusieurs systèmes, les joueurs s’éclataient, les résultats étaient au rendez-vous, et il y avait même des jeunes qui étaient lancés et qui étaient plutôt bons. Puis, après la trêve, ce fut le début de la descente aux enfers.

Tuchel a donc échoué comme les autres, mais en pire. Après avoir battu United chez lui, 0-2, il n’a donc pas su trouver les mots pour éviter à ses joueurs la psychose de la remontada.

Ses choix interpellent également. Insister avec le nullissime Kehrer, pourquoi ? Avoir fait venir Choupo, pourquoi ?

Quant aux blessures, on dira ce qu’on voudra, mais il en est, en partie, responsable.

Depuis, l’élimination en ligue des champions, même lui semble gagner par le n’importe quoi. Alors que ses conférences de presse étaient bonnes, intéressantes, parfois drôles, aujourd’hui, il n’est que dans l’agressivité, dans les excuses bidons et dans le règlement de compte avec Antero Henrique. Est-il toujours l’homme de la situation ? Oui, si on se fie à son travail des premiers mois. Non, si on pense que se remettre de la claque de United va être compliqué, que la pression va augmenter l’an prochain sur ses épaules, et qu’on voit comment il réagit depuis.

Enfin, alors qu’il faisait plutôt des choix payants, sa gestion coaching de la finale avec l’entrée de Cavani à la 91ème, le choix de sortir Di Maria plutôt que Draxler, fut catastrophique.

Alors qu’il paraissait au-dessus de tut, l’allemand a donc été gagné par la fragilité ambiante du club.

Le Président et le directeur sportif: échec sur échec

On l’a souvent répété mais depuis Leonardo, le PSG n’a plus de directeur sportif de haut niveau. Antero Henrique faisait peut-être du bon travail à Porto, mais le PSG, ce n’est pas Porto. A Porto, on fait du trading de joueurs, avec l’aide de fonds de pension. Au PSG, on doit trouver des joueurs pour gagner la ligue des champions. Force est de constater que le portugais est en échec total. Il doit purement et simplement partir.

Pour Al Khelaïfi, le constat est sans appel. Après avoir fait progresser le club et l’équipe, bien aidé par Léonardo, il n’y arrive plus. Sa plus grande erreur, c’est de ne pas savoir s’entourer. Olivier Letang, Henrique, ce ne sont pas des directeurs sportifs pour gagner la ligue des champions. Mais pour aller plus loin, où sont les anciens grands joueurs du club qui pourraient l’aider à rappeler à tout le monde l’histoire du club ? Nulle part.

Lui est soutenu par l’Emir, mais jusqu’à quand ? Pour moi, il doit partir et le PSG doit trouver un nouveau souffle de haut en bas.

Enfin, cerise sur le gâteau, les deux dirigeants ont également géré le cas Rabiot de la pire des manières qu’il soit. Et je ne parle pas du centre de formation catastrophique, ni des offres de contrat aux jeunes joueurs juste pour ne pas les voir réussir ailleurs.

Les joueurs

Beaucoup diront qu’individuellement, le PSG possède de très bons joueurs. Sauf que le football est un sport collectif et qu’individuellement, ça ne veut rien dire. Il faut que la qualité individuelle du joueur soit au service d’un collectif, et c’est très loin d’être le cas.

Le PSG est barré par le fair-play financier ?? Quelle blague. En cinq ans, entre Cabaye, Stambouli, Kurzawa, Paredes, Krychowiak, Jesé, Choupo-Moting, Kehrer, Ben Arfa, Aurier, Lucas, et j’en passe, le PSG a dépensé en transfert plus de 250M€, sans compter les salaires mirobolants donnés à ces joueurs. Rien que cette saison, entre Paredes et Kehrer, c’est plus de 70M€ qui sont partis en fumée.

Quand j’avais dit que Kimpembe était une sorte de Sakho en un peu plus technique mais avec moins de caractère, tout le monde avait ri. Résultat ? L’international français est juste catastrophique. Il mange sur le 4-0 face au Barça. Maintenant, ça suffit.

Paredes, on peut se demander pourquoi il a été recruté ? Kehrer ? Nullissime et à tous les postes. Kurzawa ? Je n’ai même plus de mot. Les jeunes ? Des prototypes du football de la région parisienne: plutôt à l’aise avec le ballon, très rapide, mais avec une intelligence de jeu proche du néant.

Neymar ? Au-dessus de tous quand il est apte. Le problème, c’est qu’en deux saisons, il a été blessé gravement au moment de la saison où on l’attendait le plus. En revanche, il va falloir qu’il fasse passer le club avant son anniversaire, l’anniversaire de sa sœur, le carnaval de Rio. Oui, la fête fait partie de la vie des brésiliens. Qu’il en fasse une ou deux, pourquoi pas, mais ça ne peut pas être une à deux tous les mois de toute l’année. S’il ne veut pas limiter ses voyages, le PSG doit s’en séparer. Enfin, pour lui, il va devoir limiter les provocations sur le terrain dans un championnat où les arbitres sont si nuls et en manque de notoriété, qu’ils aiment se payer les stars.

Et puis, il y a Mbappé. Alors je sais, il a marqué 30 buts, il a 20 ans, il est champion du monde, donc, le critiquer relève du crime de lèse-majesté. Pourtant, si on sort de cela et qu’on analyse ses matchs, on se rendra compte qu’il ne devrait pas être à 30 mais à 45 buts s’il avait seulement converti la moitié de ses occasions. Lors de la finale de la coupe de France, il a quatre occasions nettes, dont deux qui peuvent permettre à son équipe de mener 3-0, il n’en met aucune. Contre United, il a deux faces à faces au retour pour tuer le match, il les manque. A l’aller, il a une balle de 3-0 qu’il décide de piquer devant De Gea qu’il manque également. Et à Liverpool, à deux minutes de la fin du match, il tente un petit pont devant sa surface, perd le ballon et ça fait 3-2 pour les reds.

De plus, son attitude est insupportable sur le terrain. Les mouvements de bras pour que tout le monde voit qu’il n’a pas reçu le ballon, les gestes d’énervement qui lui ont déjà couté trois cartons rouges avec le PSG, c’est trop. Enfin, Mbappé est un faux humble. Il a très bien compris comment se faire apprécier dans les médias, mais son attitude traduit une attitude opposée à l’humilité. Je sais, certains diront que je ne l’aime pas. Sauf que je vais me répéter: je n’ai pas à aimer ou ne pas aimer tel ou tel joueur, j’essaie juste d’analyser ce que je vois, au-delà des chiffres, de la réputation et de l’image que possède le joueur.

Alors, c’est vrai, un titre de champion du monde, c’est pour l’histoire, c’est extraordinaire, c’est magique, mais ça ne vous donne pas la valeur de votre carrière ni de votre niveau. Sinon, ça voudrait dire que Giroud, Guivarch, Diomède et autres Thauvin sont donc des cracks.

Zéro caractère

Depuis la remontada, c’était donc la priorité: trouver des joueurs de caractère pour les gros matchs. C’est raté. Buffon ? Il se troue dans le match le plus important de la saison. Alvès ? Transparent au match retour et incapable de sortir son équipe de sa torpeur. Le PSG a donc trouvé le moyen de se faire remonter par une équipe de United nullissime et qui a marqué trois buts au Parc sans tirer au but (ou presque). Paris a trouvé le moyen de perdre une finale de coupe de France contre Rennes, une équipe qui n’avait plus rien gagné depuis 48 ans, et après avoir mené 2-0. Le PSG a trouvé le moyen d’en prendre 5 à Lille, chose qui ne lui était plus arrivée depuis un match à Sedan un soir de décembre… 2000.

De plus, dans les années 90, le PSG éliminait le Barça, le Réal, Liverpool et autres Naples ou Parme. Depuis 2011, le PSG a éliminé Chelsea et… C’est tout. Pas de victoire à Arsenal, Naples, Liverpool, City, Barcelone, Madrid, et ni à Porto, à Benfica et à l’Ajax.

Paris va devoir faire un choix: du bling-bling ou la ligue des champions.

Pour cela, Paris va devoir commencer par vendre. Mais comment vendre des joueurs à qui il reste plusieurs années de contrat avec des salaires que personne ne leur donnera ? Compliqué. Pourtant, il faudrait vendre Kimpembe, qui ne progresse plus, Kehrer, catastrophique et marqué par l’erreur qui a sûrement plombé le PSG contre United, Kurzawa, une des plus grandes énigmes du football, Silva, en tant que symbole des naufrages, et Draxler, beau joueur mais beaucoup trop inconstant. Di Maria et Alves, s’ils restent, doivent devenir des joueurs de la rotation. Enfin, si Paris doit choisir entre Mbappé et Neymar, il faut vendre le français. Encore une fois, je n’ai rien contre lui, mais il a une valeur marchande importante et surtout, je pense qu’il ne progressera plus au PSG. Evidemment, il explosera sûrement dans un autre club comme le Réal, mais il ne faudra pas le vivre comme un échec. C’est juste que certains joueurs français ont besoin de quitter la France, et encore plus leur région d’origine, pour comprendre ce qu’est le haut niveau, l’exigence, le comportement et le collectif. Par exemple, Benzema n’aurait sûrement pas fait la carrière qu’il a faite s’il était resté à Lyon.

On le voit aussi avec Kimpembe, Rabiot. Je pense d’ailleurs que Pogba, par exemple, se serait  perdu au PSG. La vie à Paris, quand vous êtes de la région, ce sont les potes du quartier qui vous sollicitent en permanence, ce sont les sorties tous les soirs de la semaine, les filles… Bref, le foot n’est pas une priorité mais juste un accessoire pour avoir accès à un monde que vous n’auriez jamais cotoyé.

Il va ensuite falloir trouver des joueurs de clubs, de collectifs, intelligents, capables de s’adapter à plusieurs systèmes, plusieurs postes, capables de se transcender dans les grands matchs. Par exemple, Tagliafico, le latéral gauche de l’Ajax a été acheté 4,5M€, il y a deux ans à Independiente. Lo Celso avait été acheté 14M€ bonus compris. Quand on voit que Paredes, c’est 4 Lo Celso, et qu’on compare leur performance, il y a encore moyen de faire de bonnes affaires dans le football. Alex Sandro, le latéral de la Juventus avait été acheté 9M€ par Porto puis 26 par la Juve. Quand on sait que Kurzawa c’était 23 plus des bonus, il suffit juste d’avoir une cellule recrutement performante et ne pas faire des transferts à la notoriété médiatique.

Alors que dans environ deux ans le PSG doit entrer dans son nouveau centre d’entrainement dernier cri, il serait dommage que les résultats du club déclinent jusque-là. Il y a des virages à ne pas rater. Le club de la capitale en a déjà manqué deux (avec Emery puis après la remontada). Le troisième risquerait d’être fatal.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.