PSG: Tuchel a du travail

Au-delà de la défaite à Liverpool (3-2), l’attitude de certains joueurs interpelle. Il va falloir vite changer au risque de quitter la ligue des champions encore plus tôt que les saisons précédentes.

Il y a les déclarations des joueurs et du coach qui veulent voir beaucoup de positif. Puis, il y a la réalité, ce qu’on a tous vu. Et il y a un gouffre entre les deux. Parce qu’il ne faut pas mentir aux gens: le PSG a livré un match indigne, en tout cas pas un match de ligue des champions.

A Liverpool, on le sait, si on ne met pas l’envie, l’intensité, l’état d’esprit, ce n’est pas la peine d’y aller. Même City s’y était cassé les dents et pas qu’un peu.

Ok, ce n’est qu’une première rencontre et les saisons précédentes, c’était l’inverse, Paris démarrait fort et craquait en février. Mais de là à penser que cela pourrait être l’inverse cette saison, il y a un pas que je ne franchirai pas. Pourquoi ?

Déjà parce que Tuchel nous a habitué à avoir des équipes qui jouent vite dans les transitions, qui vont vers l’avant. A Anfield, on a vu tout l’inverse. Une équipe incapable de se projeter, des joueurs offensifs qui ne font même pas semblant de défendre. Pourtant, l’entraineur allemand a déclaré à la fin du match, on était venu pour défendre. Quel aveu de faiblesse.

Cette idée de replacer Marquinhos au milieu est également une énigme. Paris, en perdant Motta un an après Matuidi s’est affaibli dans ce secteur. Parce que Rabiot est un intermittent qui se regarde joueur. Parce que Verratti est trop souvent blessé. Parce que Lassana Diarra est une nouvelle erreur de casting. Parce que Lo Celso a été prêté. Parce qu’Antero Henrique n’a pas su recruter à ce poste.

Paris voulait un 6, ils ne l’ont pas eu. Paris voulait un latéral gauche de haut niveau, ils ont pris le 3èmelatéral du Bayern. En attaque, ils ont pris un joueur de Stoke City.

Heureusement, dans le marasme d’Anfield, Silva et Kimpembe ont été les seuls à se montrer au niveau. Ca fait pas beaucoup pour un soi-disant prétendant à la victoire finale.

Mais le plus grave hier soir, ce n’est même pas tout cela, mais l’attitude des deux stars: Neymar et Mbappé. Le brésilien a tout raté, a mangé le ballon, n’a pas défendu. Même sur le but de Mbappé, sa passe n’est pas volontaire parce qu’il était parti pour jouer l’action seul. Le président du PSG doit prendre ses responsabilités et mettre à l’amende le brésilien. Tout Neymar qu’il est, ne pas respecter le maillot qu’il porte, et par ricochet ses coéquipiers, est juste inadmissible. Paris devrait prendre 300M€ et acheter des vrais joueurs d’équipes. Bref.

C’est la même chose pour Mbappé. Tenter un petit pont devant sa surface à la 90èmeminute d’un match où tu es revenu au score par miracle, en dit long sur l’humilité du joueur. Mais il est champion du monde. Mais il est la nouvelle star du PSG. Mais tout le monde est à ses pieds. Même son entraineur ne lui dit rien sur son manque d’implication à la perte de balle.

Encore une fois, le PSG régresse. Depuis le départ de Leonardo, l’effectif parisien est de moins en moins consistant, de moins en moins compétitif. Encore une fois, donner les clés du camion à un entraineur avec des idées arrêtées mais un effectif qui ne correspond pas au jeu qu’il veut mettre en place, c’est voué à l’échec. Parce qu’on le voit bien, ce PSG est incapable de mettre de l’intensité dans les grands matchs. Depuis que les qataris ont repris le club, Paris n’a pas gagné à Arsenal, Liverpool, Barcelone, Munich, Madrid, City. Tout est dit.

Dans un groupe plus relevé qu’il n’en a jamais connu depuis son retour en ligue des champions, le PSG est en danger. Et cette saison, avec Liverpool et Naples, le club de la capitale pourrait carrément disparaître de la C1 dès la phase de poule. Ce serait une humiliation. Mais à force de donner des statuts à certains joueurs, à force d’additionner des talents et de ne pas construire une équipe, à force de prendre des entraineurs avec des idées mais en leur laissant le même effectif à disposition, et à force de mettre les joueurs au-dessus de l’institution, ça va arriver. Et à la limite, peut-être qu’il faut le souhaiter. Une bonne claque avec des pseudo-stars, ça peut permettre de mettre un bon coup de balai et de repartir avec des vrais joueurs.

Tuchel a deux mois pour trouver les solutions et s’éviter d’être le premier entraineur de l’ère qatari à sortir de la ligue des champions dès le mois de décembre. Ca risque d’être très court.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*