Rabiot l’a bien cherché

Adrien Rabiot est donc réserviste du groupe France pour la coupe du monde. Et il ne peut s’en prendre qu’à lui-même.

En annonçant les 23 qui feront la coupe du monde, Didier Deschamps a donc tranché: ce sera Nzonzi et pas Rabiot. Pourtant, le parisien a été de toutes les dernières sélections et Il a eu sa chance. Mais voilà, il s’est manqué, mais pas seulement en équipe de France.

Rabiot ne voulait pas jouer en 6 avec le PSG. Comme je l’avais déjà écrit dans un ancien papier, c’était sûrement sur les conseils de sa mère, mais aussi parce qu’aujourd’hui les joueurs veulent des stats. Un peu plus haut, il peut marquer, être plus décisif. Mais il n’a pas pensé à sa carrière, ni à ses qualités, mais plus à sa petite personne. Et il le paye.

En équipe de France, lors de la rencontre en Bulgarie, il était entré et avait été catastrophique. Il avait justifié sa prestation par le froid. Ca avait fait sourire, mais ça en disait beaucoup sur l’état d’esprit du joueur.

En Russie, il était titulaire et avait traversé le match tel un fantôme. On ne savait pas s’il n’avait pas envie de jouer ou s’il pensait qu’il n’avait rien à prouver, pensant sa place dans les 23 assurés.

Ok, il veut jouer relayeur, mais alors il faut être plus fort que les autres. Apparemment, ce n’est pas le cas: Matuidi, Pogba et Tolisso sont devant lui. Il a les qualités pour joueur devant la défense. Et avec le football d’aujourd’hui, le 6 n’est plus une sentinelle fixe qui doit détruire les attaques adverses. C’est désormais un joueur qui lit le jeu, relance et peut apporter offensivement, notamment quand il a autour de lui des joueurs avec des profils  qui peuvent compenser les montées.

J’avais déjà dit que Rabiot allait regretter son comportement, sa nonchalance, son choix de ne pas vouloir évoluer en 6 mais d’évoluer plus haut sur le terrain. D’ailleurs, encore une fois, un joueur est-il le mieux placé pour savoir à quel poste il sera meilleur (voir  http://parlonsbienparlonsfoot.fr/ne-jouer-a-poste-ca-veut-dire-quoi/). Alors, je le répète: soit le parisien se plie désormais aux choix du coach, soit il doit partir. Et je pense que pour son bien et sa progression, tant mentale que technique, il doit partir dans un club où il n’est pas chez lui, pas installé, où il ne sera plus le symbole de la formation du club mais un joueur qui doit prouver et qui est en-dessous du club.

En attendant, même s’il n’a que 23 ans et qu’il avait toutes les portes ouvertes, il les a fermées tout seul, comme un grand et va manquer la coupe du monde. Peut-être qu’il aura la chance d’y aller suite à une blessure d’un milieu de terrain. Mais ce ne sera pas un vrai choix mais un choix par défaut. La remise en question est obligatoire s’il veut avoir une grande carrière en club et en sélection. Après, peut-être que la coupe du monde et l’équipe de France ne l’intéresse pas. Mais c’est un autre problème.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*