Taisez-vous et jouez !!!

Demain, le PSG se rend à Manchester pour les huitièmes de finale aller de la ligue des champions avec, comme chaque année, un tas de doute.

Chaque saison, ou presque, au moment du tirage au sort, c’est la même chose: on se dit que Paris a les moyens de passer, puis, plus le match se rapproche plus le doute s’installe.

Cette année, c’est donc Manchester United qui est désigné pour être l’adversaire des joueurs de Tuchel. Au moment du tirage, l’équipe, alors entrainée par José Mourinho n’inspire aucune crainte, surtout que le PSG reste sur des prestations convaincantes contre Liverpool et Naples. Puis, comme tous les ans, l’écart supposé se réduit.

United a changé de coach et nommé Solskjaer, passant d’équipe triste et moribonde à une équipe qui fait peur. Avec lui, les joueurs ont retrouvé le sourire mais surtout ils ont enchainé les bons résultats, notamment en battant Tottenham. On pourra toujours dire qu’à part ça, ils n’ont battu que des petites équipes, en tout cas ils enchainent.

De l’autre côté, après une première partie de saison presque parfaite, le PSG est dans le doute. Blessure de Neymar, de Cavani, Mbappé qui marque moins, une défaite à Lyon après une élimination en coupe de la ligue face à Guingamp, depuis la reprise, les joueurs de Tuchel ne rassurent pas. Mais pour moi, le vrai problème est ailleurs.

Oui, chaque équipe qui possède un grand joueur est en difficulté quand il n’est pas là. Mais il faut alors se poser les vraies questions sur la gestion de ce club.

Pourquoi avoir pris Choupo-Moting, joueur inutile ? Pourquoi ne pas avoir plus fait tourner l’effectif pour arriver en février plus frais ? Pourquoi avoir mis Rabiot au placard plutôt que de s’en servir dans des matchs de moindre importance ?

Vient ensuite la communication. Pourquoi Tuchel rabâche sans cesse l’histoire du mercato raté ? Ca ne va rien changer. Comme beaucoup d’entraineurs, se plaindre du mercato, c’est se dédouaner des futurs probables échecs. Je considère que l’entraineur doit donner les noms des joueurs qu’ils désirent, c’est ensuite au club de faire ce qu’il faut. Une fois le recrutement terminé, le coach doit faire avec et arrêter de se plaindre… ou démissionner.

Le PSG se rend à Manchester sans ses stars ? Tant pis, pleurer sur son sort ne les fera revenir. Et l’allemand, avec son discours, ne met pas ses joueurs dans les meilleures dispositions.

J’ai souvent dit que Zidane ne m’avait pas impressionné tactiquement. En revanche, dans sa gestion humaine, il était exceptionnel. Quand le Réal, malmené à l’aller avant de finir par s’imposer 3-1 face au PSG, fut privé de Modric et Kroos pour le match retour, qu’a fait l’entraineur madrilène alors que les parisiens avaient les moyens de se qualifier ? Il a balayé la question des absents en optant pour un discours positif envers ses remplaçants. Ce ne fut pas qu’un discours puisque dans la composition de départ, ni Kroos ni Modric ne furent alignés. Résultat ? Les Vasquez, Asensio et autre Kovacic s’étaient mis au niveau pour sortir le PSG en l’emportant même au Parc des Princes (1-2).

L’an dernier, les parisiens avaient multiplié les déclarations sur la remonta possible, l’envie, le soutien du public. On avait juste vu une équipe triste, sans envie, sans caractère.

Dans un moment comme celui-là, le discours doit être positif. On doit montrer aux joueurs qui seront présents qu’ils sont capables de se qualifier. Chaque année, le PSG nous a sorti les plaintes sur l’absence de Motta, de Verratti, de Zlatan et autres. Mais le PSG devrait plutôt s’inspirer de l’état d’esprit montré à Chelsea lorsque le suédois fut expulsé avant la demi-heure de jeu. Sans lui, à dix et à l’extérieur, et même menés au score, les parisiens avaient réussi à se qualifier en allant chercher l’égalisation dans la prolongation.

Les joueurs parisiens, et le club dans son ensemble, ont l’occasion de montrer qu’ils ont désormais du caractère, que c’est une équipe et pas une somme d’individualités, et qu’ils sont capables de franchir tous les obstacles qui se mettent sur leur route.

S’ils réussissent, ils pourraient alors offrir un tout autre visage à partir des quarts de finale et avoir une réelle ambition dans la compétition, avec, en plus, les retours de Cavani et Neymar. S’ils échouent, il faudra alors casser cette équipe, qui vit encore un peu de l’ère Leonardo, et opérer un vrai recrutement qui mêlera talent, caractère, joueurs de collectifs avec un vrai état d’esprit.

Pour terminer, je vais me mettre à la place de Tuchel. J’alignerai alors: Buffon – Marquinhos, Silva, Kimpembe – Verratti, Paredes, Alves, Bernat – Draxler, Di Maria, Mbappé. Marquinhos derrière parce que c’est là qu’il est le plus performant. Alves parce que sa qualité de passe et l’envie de montrer qu’il n’est pas mort l’emportent sur le travail et les courses qu’il aurait à faire dans le couloir d’une défense à 4. Paredes parce que non seulement c’est un vrai milieu de terrain contrairement à Marquinhos, mais aussi parce que le PSG, à Old Trafford n’aura pas besoin d’automatisme mais de qualité de combat et de passe, et l’argentin sait faire. Enfin, Draxler plus haut à gauche parce que c’est son poste de prédilection et que je préfère, comme Marquinhos, voir les joueurs à leur meilleur poste que dépanner en faisant du bricolage.

Rendez-vous demain autour de 22H40 pour voir si le rêve parisien n’est pas déjà devenu un cauchemar. A eux de jouer.

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.