Une analyse, quand même

La France est en finale de la coupe du monde après avoir battu la Belgique 1-0. A-t-on le droit d’analyser quand même ?

La France a gagné 1-0 grâce à Umtiti. Ce soir, Deschamps est le meilleur, tous les joueurs sont incritiquables. Ce soir, seul le résultat compte. Malgré tout, je vais analyser et que ceux qui pensent que « la France est en finale, donc que le reste est de la littérature », ne perdez pas de temps à lire le reste.

Ce qui m’intéresse, c’est le jeu, le rôle des cadres, les choix des entraineurs. Et il y a beaucoup de choses à dire sur ces deux équipes.

Commençons par le perdant, la Belgique. Vingt très bonnes premières minutes, puis plus grand-chose. La titularisation de Dembélé ? Une erreur. Oui, le joueur de Tottenham est un super joueur, mais il na pas joué de la coupe du monde, comment lui demander d’être opérationnel sur une demi-finale ? De Bruyne plus haut sur le terrain, c’était bien contre le Brésil mais pas ce soir. Witsel ? Il joue en Chine et ça s’est vu ce soir.

Les belges avaient battu le favori en quart, le Brésil. Peut-être avait-il déjà gagné leur coupe du monde mentalement. Mais surtout, la tactique mise en place était viable face aux partenaires de Neymar, pas face à la France. Les trois défenseurs belges sont surcôtés. Chadli a fait un très bon match contre le Brésil. Mais un joueur qui a joué 42 minutes en 2018 pouvait-il enchainer deux matchs en quatre jours ? Lukaku ? Encore un gros match où il n’a pas marqué. Finalement, seul Hazard a été au niveau. Ses percussions et son envie ont fait mal. Mais il était bien trop seul.

En face, les bleus ont donc refusé le jeu, laissant le ballon aux belges en début de rencontre et travaillant sur les percussions de Mbappé. En fait, dans une rencontre où les deux équipes ne veulent pas du ballon, c’était à celui qui craquerait et qui se dirait « bon, on va jouer quand même ». Et à ce petit jeu, la France est restée solide et n’a pas craqué, continuant à défendre et ne pas vouloir du ballon. Et ils ont gagné sur un coup de pied arrêté. Un de plus. Et grâce à un énorme Lloris, notamment dans le temps fort belge.

En défense, Varane a tenu son rang, notamment dans le domaine aérien. Umtiti ? Il a marqué et ça justifiera le fait de dire qu’il a été bon. En réalité, il a été en difficulté, comme dans beaucoup de rencontres. Sur les côtés, Pavard a souffert, mais c’est lui qui a du se coltiner Hazard. En revanche, à gauche, Hernandez a confirmé qu’il était un vrai bon défenseur, notamment dans son état d’esprit. Est-ce un hasard quand on sait qu’il joue pour l’Atletico de Simeone ?

Au milieu, Kanté a été fidèle à lui-même, presque parfait. Avec lui, Pogba s’est fondu dans le collectif, notamment dans le travail défensif. Il a bien fait parce que sur une de ses rares tentatives d’enflammade, il a perdu un ballon qui a failli faire mal. A gauche, Matuidi a fait le taff, comme d’habitude. Il n’est pas le meilleur, pas le plus fort, pas le plus médiatique, mais c’est une valeur sûre, il ne vous trahit jamais. Et il connaît ses limites. C’est une très grande force.

Devant, Mbappé a fait très mal sur quelques fulgurances, mais aussi sur cette inspiration géniale avec cette passe pour Giroud. Justement, l’avant-centre de l’équipe de France, parlons-en. On nous a parlé de ses buts quand il marquait pour justifier son statut. Il faut juste savoir qu’il a marqué plus de 70% de ses buts dans des matchs amicaux. Aujourd’hui, on nous explique que son travail dos au but, de harcèlement sont indispensables à son équipe. C’est une blague ? Il y a des joueurs, quand il ne marque mais font des passes décisives et pèsent vraiment sur le jeu de leur équipe, il paraît que ce n’est pas assez parce qu’un attaquant est jugé au nombre de buts. Je vais être clair: Giroud, c’est joueur nul comme il en existe environ 200 000 au niveau District. Malgré tout, Giroud a encore un match pour effacer un autre avant-centre champion du monde à zéro but: Guivarch.

Enfin, il y a Griezmann. Comme c’est le chouchou, la star, il faut justifier l’injustifiable. Alors, on nous explique qu’il se bat, qu’il a un super état d’esprit. Mais sinon, on peut parler de ce qu’il fait avec le ballon depuis le début de la coupe du monde ? Perte de balle, mauvais déplacement, contrôle approximatif. Le joueur de l’Atlético traverse la compétition sans peser. Il lui reste un match pour devenir le Zidane de 98 qui, lui aussi, avait été plus que moyen jusqu’à la finale.

Alors je sais, plein de gens viendront m’expliquer que la France prouve qu’elle est le meilleur pays de la formation, que la formation de cadres de la DTN est au top et que les entraineurs sont extraordinaires. Franchement, je m’en fous. C’est un raccourci trop simpliste.

En finale, la France aura un avantage sur la Croatie ou l’Angleterre: elle en a joué une il y a seulement deux ans, celle de l’Euro. Contre le Portugal, elle s’était faite avoir en jouant un peu plus que le Portugal. Fort de cette expérience, et du résultat contre la Belgique, on peut dores et déjà penser qu’elle ne changera pas, qu’elle ne voudra pas du ballon, et qu’elle misera sur Mbappé et sa vitesse. On en revient alors toujours à la même chose: puisque seul le résultat compte, si elle n’est pas championne du monde, ce sera un échec. A dimanche…

3 Comments

  1. Tout à fait d’accord avec ce que vous dites. Ce match m’a frustré par ce que je voulais voir la France quand même un peu jouer, pas seulement rester derrière et attendre un contre.

    J’avais lâché le foot depuis pas mal d’années et cette coupe du monde ne va pas, et de loin, me faire revenir.

    Si il faut se taper ce genre de match tout le temps…mais au secours quoi!!!

  2. Analyse intéressante, comme d’habitude. Mais malgré tout, derrière votre texte, on se rend compte que vous n’êtes vraiment pas fan de cette EDF version 2018 et vous en parler sous un prisme assez (trop ?) négatif.

    Evidemment, le jeu des Bleus n’est pas flamboyant, mais rien que sur ce match, vu le nombre d’occasions, en étant un poil plus efficace, la France aurait pu s’imposer avec trois buts d’avance. On a beaucoup défendu mais on n’a pas non plus rien fait comme le sous-entend Courtois. Il y a eu beaucoup de situations qu’on n’a pas bien exploitées.

    Moi aussi, je suis fan du beau jeu, mais bon, atteindre une finale de Coupe de Monde, ce n’est pas tous les jours, et dans ces cas-là, il me semble que l’émotion et l’excitation prennent le pas sur les manques (même s’il ne faut pas voir tout en rose bien sûr).

    Ce serait dommage, en tant que français, espérer une défaite en finale parce qu’on n’aime pas son style. Un pays comme nous avec deux malheureuses coupes d’Europe en club, on ne va pas cracher quand enfin, on peut accéder au bonheur de gagner un trophée majeur. Et une fois encore, sans mettre de côté les analyses et les bémols.

    Quant à Giroud, on aime ou pas, oui, il n’a pas été bon, mais le considérez comme une imposture en le comparant à un simple joueur de district… S’il était si mauvais, Chelsea ne l’aurait pas recruté il y a quelques mois.

    • Bonjour, tout d’abord pour votre commentaire, c’est toujours intéressant d’échanger.
      Ce n’est que mon avis, mais si on regarde bien il n’y a pas tant d’occasions que ça. Les vraies occasions arrivent en toute fin de rencontre quand les belges n’ont plus du tout le choix.
      Ensuite, je ne fais pas une analyse en tant que français mais en tant qu’amoureux du football et du jeu. Sinon, c’est simple, j’aurai on est en finale, bravo…
      Après que ça n’intéresse pas les gens de lire cela dans un tel moment, je le comprends parfaitement, j’ai même hésité à écrire ce papier. Mais je me suis dit peut-être qu’une analyse hors euphorie ça intéresse quand même quelques personnes, alors voilà…
      Enfin, malheureusement, Faubert a joué au Réal Madrid, alors depuis dire qu’untel joue à chelsea ou tel autre à la Juventus ne justifie pas d’un niveau. D’ailleurs, il n’a pas beaucoup joué… Mais après c’est ce qui fait que le football est multiple, on a tous des avis et jugements différents

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*