Une victoire logique mais pas décisive

Le PSG s’est imposé, lors de ce match aller des huitièmes de finale de la ligue des champions, face à Chelsea, sur le score de deux buts à un. Un but encaissé qui gâche un peu la prestation parisienne mais nous offre un match retour excitant.

La saison du PSG se juge à partir de ce match. Etant donné l’avance au classement en championnat, tout le monde n’attendait que ce rendez-vous.

Chelsea se présente avec son équipe-type du moment. Côté parisien, Verratti débute finalement et Marquinhos aussi. Enfin, Lucas est bien préféré à Cavani.

Le début de match est complètement à l’avantage des parisiens. Le pressing est bon, la maitrise collective excellente. Et même Lucas, auteur de deux percées intéressantes, nous fait espérer une progression. Elle sera de courte durée, le brésilien disparaissant après ces dix premières minutes intéressantes.

Et alors que Paris marque un peu le pas après vingt minutes, Chelsea en profite pour sortir enfin. Et pas pour rien, puisque c’est leur première offensive, c’est Trapp qui va réaliser un arrêt exceptionnel sur une tête de Diego Costa.

Le match s’équilibre. On sent que cette occasion des anglais a refroidi les parisiens qui se lâchent moins qu’en début de match. Mais à la quarantième minute, sur un coup franc obtenu par Lucas, c’est Ibrahimovic qui va ouvrir le score.

On se dit que Paris va arriver à la pause avec ce petit but d’avance. Mais dans la dernière minute de la première période, une perte de balle de Lucas va entrainer une faute de Silva sur Willian. Le coup franc va finir en corner. Et sur le corner, Chelsea va égaliser.

Paris redémarre la seconde période plus haut, plus agressif. Même s’ils ont du mal à se créer des vraies occasions, ils trouvent de plus en plus de décalage. Le problème, c’est que Di Maria et Lucas sont transparents.

Laurent Blanc va attendre le dernier quart d’heure pour effectuer ses premiers changements. Il se décide enfin à sortir Lucas, encore une fois décevant, pour faire entrer Cavani. Et sur un de ses premiers ballons, après un superbe appel et un très bon ballon de Di Maria, l’uruguayen va redonner l’avantage au PSG. Le coach parisien tente un pari offensif sur la fin de match, en sortant Matuidi et Verratti et en faisant entrer Rabiot et Pastore. Les parisiens essaient d’accentuer leur avantage mais Courtois est décisif.

Paris remporte ce match aller sur le score de deux buts à un.

Malgré sa supériorité sur l’ensemble du match, les parisiens vont se retrouver à Stamford Bridge sans aucune certitude.

Cavani, entrée décisive

Côté parisien, on aura apprécié le match de Verratti, non seulement indispensable pour l’équipe mais aussi et surtout pour Motta. Ces deux joueurs parlent le même football. Marquinhos, excellent défensivement, aura mi une période à s’adapter à son nouveau poste. Il fut ensuite très bon offensivement dans ses appels, ses centres et en se créant même une occasion. Ses trois autres compères de la défense auront été à leur niveau, c’est à dire très bons avec encore une mention spéciale pour Silva. Maxwell a également confirmé que Kurzawa n’est pour l’instant pas un concurrent pour lui.

Matuid a été le moins en vue des trois milieux mais il est indispensable au travail de harcèlement et de pressing de son équipe. Devant, Ibra a marqué et pesé. Ce n’est pas un match exceptionnel mais il a été plutôt bon. Lucas nous a fait espérer quelque chose pendant dix minutes avant de disparaître, de retomber dans ses travers individualistes, et de perdre des ballons très dangereux par manque de combativité mais aussi d’intelligence dans ses déplacements, ses prises de balles. Il repique sans cesse dans l’axe. Il y a deux ans, lors du retour où Paris avait perdu 2-0, Mourinho avait demandé à Azpilicueta de fermer le couloir et de laisser Lucas venir s’empaler sur Cahill – Terry – Luiz. Il l’avait fait tout le match sans jamais comprendre. Et ça a recommencé ce soir, trois ans plus tard… Di Maria n’aura pas été inspiré mais aura quand même offert le deuxième but à Cavani. L’uruguayen aura donc été décisif et sûrement relancé le questionnement de Blanc sur son duel avec Lucas.

Pour terminer sur le PSG, je dirai qu’il leur a manqué une chose essentielle: de la profondeur. La preuve, sur son premier appel en profondeur, Cavani a marqué. La ligne défensive de Chelsea était située de telle façon qu’il restait des espaces dans leur dos, notamment derrière les latéraux. Et à chaque fois que le PSG a décidé d’y aller, il y a eu occasion. Le problème c’est qu’à part Cavani (et Lavezzi mais Blanc n’en voulant pas il va partir), personne ne prend la profondeur dans cette équipe.

Du côté anglais, la défense aura été en difficulté, souvent sauvé par Courtois. Au milieu, ils ont été dominés par les parisiens. Il n’ y a que l’attaque qu’on sent capable de maintenir cette équipe dans un match. Willian aura été le plus grand danger de Chelsea. Hazard a été transparent. Quand à Costa, une pleureuse qui met des coups (et c’est insupportable), il aura réussi à se créer deux occasions avec des miettes. Pedro apporte cette profondeur qui manque au PSG, mais on sent bien qu’il ne joue pas le même football que les autres.

Le match retour s’annonce très chaud car même si Chelsea est moins bon que les dernières années, il reste une équipe capable de coup. Et, après avoir réussi à marquer à Paris, ils ne sont pas morts et donneront tout pour sauver leur saison et montrer que c’est encore une grande équipe européenne. Vivement le 9 mars…

2 Comments

  1. Tout d’abord je ne comprends que vous soyez aussi impartial entre les joueurs! Lucas Lucas Lucas oui on a compris qu’il était pas bon et que vous ne l’aimiez pas mais je trouve que sur cette analyse de match vous n’êtes pas juste. Même si je n’attends pas de lui qu’il fasse gagner Paris j’estime qu’il n’a pas été pire que la majorité des joueurs parisiens. Bizarrement vous ne parle pas du marquage de Marquinhos sur le but du manque de vivacité de maxwell face à Pedro etc…à mon goût il mérite une note au moins égale à la moyenne de l’équipe car même s’il n’a jamais été au bout d’une action décisive il a fait un travail de fond en percutant de temps en temps certe mais qui épuise l’adversaire physiquement et psychologiquement. Soyez juste Mr Yacine

    • Ecoutez si vous aimez ce genre de joueurs qui ne défend pas mais qui en plus offensivement joue seul, ne fait que des mauvais choix et vit sur une action spectaculaire par an, chacun ses gouts. Quant à l’épuisement de l’adversaire grâce a ses actions c’est une belle supercherie. Etant donne qu’il fait toujours la meme chose, il n’épuise personne à part ses coéquipiers !!! Maxwell a peut être été moins performant que d’habitude mais regardez la seconde période et vous verrez que non seulement il na jamais été pris à défaut défensivement, mais également le nombre de décalage qui sont venus de son cote. Apres chacun a le droit d’avoir son jugement et sa propre vision du foot…

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*