La vidéo: Merci et au revoir

La vidéo a donc été testée grandeur nature hier, lors de France – Espagne. Pour quel résultat ?

Hier, c’était donc France – Espagne. On ne va pas revenir sur la leçon de football collectif qu’a pris la France. Vu les idées de jeu de Deschamps, c’était plus que prévisible. Mais ce match était surtout le premier vrai match avec l’assistance de la vidéo pour l’arbitrage. Celle-ci concernait quatre points clairement identifiés: vérifier que le ballon n’était pas sorti avant un but marqué, le hors jeu sur un but inscrit, valider si un penalty sifflé était justifié et valider l’identité d’un joueur averti.

Sûrement que les méthodes et l’expérience vont améliorer l’ensemble de la mise en place, mais en vrai, ça ne changera rien. Pourquoi ?

Combien de fois les arbitres se trompent en donnant un avertissement à un mauvais joueur ? Je vais être gentil, si c’est cinq fois dans la saison, c’est déjà énorme. Donc inutile.

En ce qui concerne la validation d’un but inscrit, on l’a vu hier, on tue l’essence même du football. Ok, ça répare une injustice pour le hors jeu. Mais voir la France fêter son but puis 20 secondes plus tard le voir refuser, c’était moche. Et que dire de voir le but espagnol fêté, puis pas fêté en attendant la décision de l’arbitre, puis finalement fêté vingt secondes plus tard.

Que penser de la tête de Griezmann qui passe au-dessus alors qu’il est retenu par le maillot. Pourquoi ne vérifie-t-on pas s’il a été accroché ? Qui doit demander cela ? Les joueurs, les entraineurs ou l’arbitre ? De même, quand Mbappé est signalé hors jeu, que fait-on ? On le signale alors qu’il n’y était pas ? On ne le signale pas et on attend la fin de l’action pour vois s’il marque et si c’est le cas on attend la validation ? Dans ce cas, à quoi servent encore les arbitres assistants ?

Pour finir sur cette phase de jeu, il faut savoir qu’entre le départ du ballon qui se joue à un centième de secondes, et l’angle de la caméra, même le révélateur n’est pas fiable à 100%.

Ce qui fait le football, ce sont les émotions. Le temps d’attente de validation tue cette émotion. On est content, puis on ne l’est plus trop et finalement one le sera ou pas…

Revenons également à Barça – PSG. La faute sifflée sur Suarez à ce moment du match, aurait-elle été annulée avec la vidéo ? Qui aurait osé annuler ce penalty au Barça à domicile ? D’ailleurs, pourquoi les penaltys sont difficiles à juger ? Très simplement parce que, pour quiconque a déjà fait du sport, et en particulier du foot, sait qu’en pleine course un simple contact peut vous déstabiliser sans qu’il soit flagrant.

Enfin, l’injustice ne fait-il pas partie de l’histoire du football ? France – Allemagne 1982 n’a-t-il pas écrit sa légende sur l’injustice Schumacher ? Le sentiment de révolté qui vient après l’injustice fait partie de la dramaturgie du football. Les erreurs d’arbitrage lors de Barça – PSG se sont ajoutées à tous les sentiments vécus ce soir-là. Les parisiens l’ont vécu comme une injustice. S’il y avait eu la vidéo, ça aurait été les catalans qui l’auraient mal vécu. Finalement, ce sera toujours la même chose: une partie se sentira lésé quand l’autre trouvera qu’on lui a rendu justice.

Enfin, le football est fait de vice. Le but de la main de Maradona est entré dans la légende pour son côté vicelard mais aussi pour l’histoire qu’il raconte de la rivalité Angleterre – Argentine à cette période. Des exemples comme celui-ci, qui ont fait l’histoire du football, il y en a des dizaines: la main de Vata lors Benfica – OM, le penalty de Ravanelli face au PSG… Obtenir un penalty parce qu’on est plus malin que son adversaire, ça fait partie du jeu. Ca énerve, mais c’est le football, ce sport qui vient de la rue.

Ce sont tous ces éléments qui se croisent tout au long d’un match qui fait la beauté de ce sport et qui créent également toutes ces discussions d’après-match… Et on aime ça.

Pour tous ceux aiment toutes ces bêtises de vidéo, il reste une solution: le foot sur console avec un arbitrage d’ordinateur

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*