Zidane, Zidane, Zidane

Le Réal s’impose pour la troisième fois de suite et la treizième de son histoire en C1. Que dire de plus.

Et si, finalement, on en faisait trop sur la tactique dans le football. Ce soir, le Réal s’est imposé face à Liverpool, 3-1, sans montrer un contenu exceptionnel. Mais encore une fois, tout a tourné dans le bon sens, et la sérénité dégagée a fait la différence.

Cette rencontre va pourtant bien débuter pour les reds. Bons dans le pressing, se créant les plus belles occasions. Mais soit le dernier geste n’était pas bon, soit Navas faisait l’arrêt qu’il fallait. Va alors se produire le premier tournant du match. Ramos, à la lutte avec Salah l’accroche et le jette au sol sans que l’arbitre n’intervienne. L’égyptien retombe mal sur son épaule. Après avoir essayé de continuer, il est contraint de sortir, en larme. Non seulement sa finale est terminée, mais dans sa détresse on se demande si même sa coupe du monde n’est pas compromise.

Il n’en fallait pas plus pour que le Réal prenne le dessus sur Liverpool. Les madrilènes sont plus hauts, comme libérés de la menace Salah. Et comme le football se joue dans la tête, les anglais reculent comme s’ils se disaient « ça va être dur désormais ». D’ailleurs, comme face à Paris par exemple, Marcelo a été nul pendant 20 minutes, et dès la sortie de l’égyptien, il a commencé à jouer, n’ayant plus de danger à contenir sur son côté. A la pause, le score est de 0-0.

En seconde période, le match tourne au cauchemar pour le gardien des reds. Ballon en main, le gardien de Liverpool relance mais il n’a pas fait attention à Benzema. Le français tend la jambe et contre le ballon pour l’envoyer directement dans le but. 1-0. Pour l’histoire, il n’y a pas faute de Benzema car il ne gêne pas la relance du gardien.

On pense alors que pour les reds, c’est foutu. Heureusement, très rapidement, Mané va égaliser et redonner de l’espoir à son équipe. 1-1.  Zidane décide alors de sortir Isco, transparent, à part une frappe sur la barre, pour faire entrer Bale. Et comme, cette saison, quand le coach français fait un changement, il se passe quelque chose, on attend. Et ça va arriver.

Bale, pas terrible et souvent blessé cette saison, va réaliser un geste exceptionnel. Le gallois va s’envoler dans la nuit ukrainienne et inscrire le deuxième d’un retourné acrobatique exceptionnel. 2-1. Alors je sais, beaucoup diront que c’est du coaching gagnant de Zidane. Pour moi, le coaching, ce n’est pas ça. Le coaching, c’est comme face au PSG, quand les deux entrants font basculer le match dans le contenu. Là, c’est juste un mec qui réalise un geste irrationnel. Qu’il vienne d’entrer n’est pas un élément déterminant. C’est comme le coach qui fait entrer un joueur à la 89ème et que ce joueur marque. Ce n’est pas du coaching, c’est juste de la réussite. Bref.

Cette fois, on sent que c’est fini, que Liverpool ne reviendra pas. Pour clôturer la soirée, Karius va poser la cerise sur le gâteau. Sur une frappe lointaine de Bale, plein axe, le gardien des reds va laisser échapper le ballon de ses mains. 3-1. Le Réal est définitivement sur le toit de l’Europe et Zidane devient le premier entraineur à remporter trois fois de suite la ligue des champions. Chapeau !!!

Le parcours du Réal en ligue des champions valide une chose: les discussions sur le coaching, la tactique, l’importance du coach, c’est du vent. Le football, c’est une succession d’évènements que vous ne maitrisez pas, et dont vous sortez grâce à la sérénité et l’efficacité, défensive et offensive. La vraie force du Réal sur cette saison aura été cette efficacité, marquant sur le peu d’occasions qu’ils ont eu depuis les huitièmes de finale, et grâce à la sérénité dégagée par Ramos, le vrai patron de cette équipe, et Zidane qui a l’air d’envoyer le message suivant à ses joueurs: « tranquille, l’orage va passer, et on va gagner, j’ai confiance en vous ».

La ligue des champions, ça ne se décrète pas. Ca s’apprend, ça se gère, ça s’apprivoise. Et ça se gagne grâce à la gestion des émotions. Et à ce jeu-là, le Réal Madrid est le plus fort.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*